15 avril 2014

Transition

Ces vacances ont un premier goût un peu particulier : je pense à ceux qui passent l'oral, au lycée Saint-Louis, en ce moment. Je lâche les vannes de la fatigue, aussi : hier après-midi, j'ai sombré deux heures dans le canapé, en ayant beaucoup de mal à émerger. Je reprends mes marques, cest-à-dire que je retrouve un peu le temps de vivre. Du moins, de faire autre chose que de culpabiliser ou travailler intellectuellement sans cesse.

Alors j'oscille entre soulagement et dépit.

Je repense à prendre soin de moi. Je cuisine à nouveau : hier soir, capellini au gorgonzola et à la pancetta. J'envisage de préparer un cheescake.
Petit tour de shopping samedi, même si j'ai une image de moi quelque peu négative en ce moment... J'ai acheté un joli chino bleu très clair chez Gap, et un pull chiné dans les mêmes tons.

Pas encore eu l'occasion de m'installer devant un film à la maison, mais nous avons vu ce week-end un film parfait pour débuter les vacances : 47 ronin avec Keanu Reeves. L'intrigue est téléphonée, mais j'adore ces ambiances japonaises. J'ai aussitôt pensé à la trilogie de Hearn, sur un Japon féodal et magique. On y retrouve la question de l'honneur -centrale-, l'amour impossible, les combats de samouraïs, les quêtes qui semblent perdues d'avance... Ce n'est pas une histoire à vous retourner la tête, c'est certain, mais il y a de quoi passer un agréable moment (malgré une araignée au rôle déterminant, la garce).

47 ronins

Sinon, côté lecture en liberté, j'ai choisi un roman aux antipodes de l'agreg : Matheson, Le jeune homme, la mort et le temps. De la science-fiction, quoi de mieux pour éloigner le spectre du concours ?

Matheson


Et puis le programme de terminale L est tombé pour l'an prochain : Eluard reste, comme prévu, et c'est... Flaubert qui débarque avec Madame Bovary. Cela m'enchante : je pense depuis plusieurs mois à relire ce roman, qui me fascine de plus en plus. Je vais donc demander à garder ce niveau et cette section l'an prochain. C'est un joli (et peu ambitieux) projet auquel je peux me tenir.


19 janvier 2012

Une entrée pour rien

Juste pour vous dire qu'aujourd'hui, j'étais en jupe en jean, avec mon pull framboise, mes Doc Martens cerise et un collant bordeaux avec des petits chats dessus (il y a trois ans, on aurait dit des hippopotames). Et que j'étais contente.

jupe chats

Posté par virgibri à 18:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 janvier 2012

Shopping revival

Je suis assez lasse, quoique pleine d'envies de changements et donc motivée pour y parvenir. Je songe par exemple aux mutations acrobatiques en établissement "éclair" : je sais bien que cette proposition de l'Etat est un piège, mais cela me permettrait de rejoindre Flûtine dès cet été, par exemple, et de déménager (mon propriétaire me sort par les oreilles, si je résume : il ne mérite pas mon argent).

L'administration du lycée nous soutient de moins en moins et surtout reconnait de moins en moins le travail que nous fournissons. Tire-au-flanc ou prof dévoué, on a autant de respect...

Le concours, c'est dans une semaine, et je suis à la fois soulagée d'y être enfin, et évidemment inquiète car mes connaissances sont globalement approximatives. Je révise quand même avec régularité. J'aimerais beaucoup tomber sur Maupassant, qui est l'auteur que je maitrise le mieux -sans surprise.

photo shopping

Pour sortir de ma routine et me faire plaisir, je suis allée aujourd'hui du côté de Rivoli, juste après les cours, comme si je faisais quelque chose d'interdit. J'ai révisé dans les transports, et songé aux nouvelles de Guy en faisant les boutiques. J'ai trouvé, pour des prix dérisoires, une jupe en jean (oui oui, moi en jupe, dingue !), un jean Esprit (une première dans ma vie : normalement ils sont trop petits), un joli gilet gris beige de la même boutique, un pull framboise chiné chez Gap, et un ensemble tour de cou/bonnet "mou" en laine mélangée et chiné. Ce petit ensemble était hors de prix initialement : 44.95€ et 22.95€. Du délire. Là, j'ai eu le tout pour... 9.98€ ! Passionnant, hein ?

En fait, si je vous parle de ça, c'est parce que j'ai l'intention de faire un grand vide dans mes affaires après l'agreg, et que je veux renouveler mon stock de vêtements, ainsi que mon style. J'ai très envie de garder uniquement ce qui me met en valeur et ce qui me plait. Le reste sera donné aux bonnes oeuvres et/ou vendu sur une brocante au printemps.

Et puis l'an dernier, quand j'ai passé les écrits, j'étais habillée comme un sac. Cela m'a perturbée. Là, j'ai envie de me sentir sûre de moi, jusqu'au bout des ongles (de pied). J'adorerais m'offrir une nouvelle petite doudoune colorée et légère, mais je dois tenir mes finances un brin, quand même. J'en ai acheté une violette pour ma mère, chez Gap, et je souhaite secrètement (bouh, c'est mal !) qu'elle ne lui plaise pas pour la lui piquer...

Rhaaaaa, c'est bon d'être futile entre deux pages de Rabelais !

Posté par virgibri à 17:50 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 novembre 2011

Aux armes, citoyens !

drapeau-europeen

Hier, chez GAP, j'ai crû que je rentrais enfin dans des pantalons en taille 40. Ivre de joie, je me pavane devant Flûtine.

Qui m'annonce qu'il s'agit de la taille européenne, à laquelle il faut ajouter 2. C'était donc du 42. Ben, ça a ruiné ma foi en l'Europe.

Edit du 26/11 : damned, c'est à n'y rien comprendre : j'ai encore perdu 500gr !

Posté par virgibri à 21:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 juin 2011

Massefeuille : n.f. Charge de travail importante, alors que l'on pense que vous vous tournez les pouces.

Vingt-trois candidats, donc, ont passé avec moi leur oral en deux jours. Ce rythme est épuisant, d'autant plus que je me lève à 5h30 et que je pars à 6h50 pour éviter les bouchons et être à l'heure.

J'ai vu des élèves sans surprise, avec des noms "bien français", très lisses. En même temps, ils sont issus d'un lycée coté de banlieue chic. Pas de relief, donc, sur le plan de l'identité de ceux-ci.

Parfois, même, ils sont bien trop sûrs d'eux, voire pédants. L'un d'eux, de façon très maladroite, s'est mis à me poser des questions rhétoriques pendant sa prestation. Exemple : "Tirso de Molina a écrit Le Barbier de Séville... N'est-ce pas ? " Je voulais lui dire qu'il faisait une grosse bourde, mais je me suis contentée de lui indiquer que c'était moi qui posais les questions. Deux minutes après, il évoque la scène célèbre du pauvre dans Dom Juan, s'arrête soudain, et en me pointant presque du doigt, lance : "Mais vous ne l'avez peut-être pas lue ? Vous la connaissez ?" Là, j'ai suspendu mon stylo, j'ai haussé un sourcil : "Vous me demandez à moi, professeur de lettres, si j'ai lu la pièce ?" On nageait dans l'absurde.

Dans un autre genre, un élève ayant une sorte de bégaiement particulier, portant sur la syllabe finale de chaque mot, m'a beaucoup touchée par ses efforts. Le stress de l'examen n'arrangeait d'ailleurs rien. Il s'en sort avec une très bonne note, donnée non pas par pitié, mais bien parce qu'il était bon.

Après lui, j'ai fait pleurer une élève qui était interrogée sur l'impasse (Baudelaire) qu'elle avait faite. Pas de chance. Le pire, c'est qu'elle n'a même pas essayé de produire quelque chose de modeste, et que sur les questions les plus larges ("quel est votre poème favori dans le corpus ?"), elle ne répondait rien. Je lui ai suggéré d'en tirer certaines leçons, et de ne plus faire d'impasses...

Sinon, j'ai eu un élève excellent sur un texte difficile :"Femme noire" de Senghor. Quant il m'a répondu à propos de la négritude que Sartre la définissait comme "la négation de la négation de l'homme", j'ai bu du petit lait. Comme quoi, c'est possible d'avoir de bons élèves, même s'ils restent très scolaires dans ces établissements.

Au retour, vendredi, j'écoutais la radio, abrutie par ma journée. Je suis tombée sur deux chansons très différentes. J'ai décidé ensuite d'aller dans Paris, pour me changer les idées. J'avais oublié les soldes. Ou plutôt : je ne pensais pas que les gens se précipitaient après le travail dans les boutiques. Le bruit, la cohue m'insupportaient. Je ne me suis pas détendue, mais j'ai trouvé ce que je cherchais : un casque audio soldé pour mon ipod puisque mes écouteurs grésillent. J'avais peur de l'acheter uniquement pour l'esthétique et de ressembler à tous les loulous de banlieue; il a en fait un bon son et me plait beaucoup : avec mon ipod rouge new-yorkais, j'adore.

Wesc-Conga-Medium-Blue

Depuis ce temps de shopping, j'ai rangé et nettoyé l'appartement, j'ai diné avec ma mère, j'ai dormi beaucoup (pas assez, en fait). Là, j'hésite à aller courir : la chaleur grimpe. Cet aprèm, je compte voir Emy.

Je n'ai pas touché à mes 56 copies en attente. Tant pis.

 

Posté par virgibri à 09:27 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


29 mars 2011

Bellegausser : (pour une femme) se sentir à l'aise, sûre de soi, féminine.

Voilà, j'ai fait mes achats pour les oraux. Au début, j'ai désespéré chez Gap, Etam, Promod, C&A et consorts : impossible de trouver un pantalon correct et de rentrer dans des tailles décentes. C'est à croire qu'il y a un concours des coupes les plus bizarres entre magasins.

IMG_0532
Pour rire, je suis entrée chez Zara. Sachant que dans leurs pantalons, j'aurais aussi de quoi me faire un short tant ils sont longs, et que la mode de cet été dans cette enseigne est affreusement colorée (vert émeraude années 90, orange sale, etc), je pensais ressortir aussi vite que j'étais entrée. Mais comme je suis d'une nature opiniâtre, j'ai farfouillé. Et j'ai trouvé un tailleur pantalon marron crème, avec revers.

IMG_0540

J'ai complété avec un pantalon noir sympa à -50% chez Etam, et achevé mon petit tour chez Sephora.

IMG_0541

Entre temps, j'ai relevé mes mails sur mon iphone (la technologie m'impressionne) et découvert qu'une colle sur Britannicus s'était libérée pour... demain. J'ai sauté dessus pour m'entrainer. Je me sens à la fois à moitié folle, et pleine de bravoure d'avoir répondu au mail de ma prof. Je passerai donc demain un second oral d'entrainement. Heureusement, j'avais réfléchi au texte ce week-end, et j'ai fait un bilan avec Tinette ce matin au téléphone à ce sujet. Parce que bon, ma folie a ses limites, quand même.

 Et vendredi, étape coiffeur. Il ne faut surtout pas que j'oublie de m'occuper de moi.

Non mais.

Posté par virgibri à 18:29 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28 mars 2011

Haussoir : n.m. Caractère de ce qui permet d'élever ses capacités. Tenir le haussoir.

Prescription médicale : chaque jour, lisez au moins une heure. Le week-end, la prise est plus importante : entre cinq et six heures de lecture sont nécessaires. L'ordonnance vaut encore pour deux semaines.

Donc, hier et aujourd'hui, j'ai consacré quelques heures à Nazim Himet, Racine et la grammaire. Heureusement, mon proviseur a accepté de me donner trois jours -répartis soigneusement- pour réviser. Demain, vendredi et mardi prochain, je n'irai donc pas au lycée. J'ai choisi des jours relativement légers, qui ne feront pas perdre trop d'heures aux élèves. J'en profiterai pour lire et lire encore, mais aussi aller chez le coiffeur et me chercher un pantalon noir.

Ben oui, car avec mes kilos perdus, je n'ai plus vraiment de chouette pantalon à mettre. C'est drôle car pendant la période d'attente des résultats de l'écrit, je m'étais fait cette remarque dans une boutique : je regardais, presque insconsciemment, ce que je pourrais m'acheter et donc porter pour les oraux, si oraux il y avait...

Le souci, c'est que j'ai presque des tocs dans le cadre des examens : je dois porter certains vêtements, certains bijoux, avoir mes gris-gris, me mettre du vernis aux orteils même si personne ne les verra, et tutti quanti. Alors j'anticipe, pour me sentir vraiment à l'aise devant mes jurys.

Sinon, j'oscille entre assurance et doute. Il parait que c'est sain et plutôt normal (comme je n'aime pas ce mot !).

freesia_mixed

Et pour finir, je vous offre une citation de Pablo Neruda, parce que c'est le printemps : mes plantations de jardinières me l'indiquent. J'ai choisi des freesias et des renoncules cette année. J'ai planté les germes de la beauté. J'attends les fleurs.

"Le printemps est inexorable."

Posté par virgibri à 19:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

09 juillet 2010

Soldissimes

Vous le savez, c'est la période des soldes en ce moment. Dans la ville de Flûtine, j'ai fait des affaires incroyables. Une fois sur Paris, un peu moins (quelques boutiques sont fort décevantes) mais quand même.
Esprit, le vieux campeur (des produits à... 5 € ! qu'ils vendent pour s'en débarrasser, ce qui est dingue quand on voit le prix de départ : l'ensemble des achats valait 500€, et a été réduit à 90€ !), Etam, Petit bateau ont vu ma bouille. Flûtine m'a offert des choses, et réciproquement.
Hier matin, après la remise des copies, je suis allée au Bihètchevi et j'ai trouvé... mes affaires de rentrée ! Oui, je sais, je semble déprimante, mais au moins c'est fait et j'avais le choix des couleurs.
J'ai décidé que 2011 serait une année bleue. Allez savoir pourquoi ! Je me suis fait plaisir en m'offrant une besace Little Marcel à -30%. Je vais faire sensation à la rentrée !

DSC_0192

Je suis fort contente de tout cela ! Allez, aujourd'hui, d'autres achats moins exaltants m'appellent : mon frigo crie famine...

Posté par virgibri à 09:46 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07 janvier 2010

Mes dépenses pour le mois

Me voilà revenue de ma journée soldes. Partie à 9h30, cela me paraît honnête.

Bilan des courses (ah ah, quel jeu de mots !)

Je suis relativement déçue par les soldes de vêtements, pas très intéressantes. Idem pour les chaussures. Je crois que les commerçants gardent leurs cartouches pour faire durer.
Evidemment, les bottines que j'avais repérées chez San Marina n'étaient pas soldées. Ben oui, que voulez-vous, c'est toujours ainsi quand je choisis du beau.
J'ai cherché un manteau gris (Val m'a donné envie d'un duffle coat, en plus), mais rien vu de palpitant : soit ils sont peu chers mais de piètre qualité, soit les prix sont prohibitifs et la qualité pas top.
Au final, donc qu'ai-je acheté ?
Deux chemisettes chez H&M pour les beaux jours : 5€ chacune. Et une écharpe noire pour ma mère au même prix.
Des barrettes, des pinces et des élastiques à cheveux chez Claire's : 4,50€.
Un pyjama orange  complet (haut manches longues, bas, veste polaire mi longue) chez Etam : 30€, malgré les 50% de rabais.
Une paire de Doc Martens basses à 76€ (ma plus grosse dépense). Il s'agit d'une paire que j'avais déjà eue, que j'ai usée jusqu'à la corde, et que je zieute depuis environ deux ans. Cette fois-ci, elles sont marron clair. J'ai eu 30% dessus, et c'était la dernière paire...

doc_martens_mel_eye

Des produits de beauté car, et je trouve cela étonnant, Sephora fait des soldes. Je me suis offert un fard à paupière taupe splendide de chez Lancôme à 11€, une pierre ponce, et deux produits Sampar pour 22€ (avec 70% de réduction...). Ma mère a aussi eu droit à un fard bleu clair.

Sampar

Voilà ! Résumons-nous donc :

Dépenses : 155 €

Economies : 72,65 €

Il me reste donc à m'en remettre avant d'aller au théâtre ce soir avec mes collègues... et des élèves à foison.

Posté par virgibri à 16:40 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Entrée minimaliste

Monet___La_pie
Monet, La Pie


Cette nuit, il a neigé. J'aime ça.
Une pie se promène sur le terrain d'en face.
Je vais sortir dans Paris.
Et non, ce n'est pas la saint Raymond.

Posté par virgibri à 08:45 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,