26 août 2013

Back from paradise

IMGP0800

Boa Vista, plage de Santa Maria

 

Je suis de retour, bien vivante et gorgée de soleil, depuis samedi midi. J'encaisse encore le décalage horaire et les effets néfastes du retour (ménage, courses...) mais j'ai bien l'intention de vous faire partager mes images qui, à ma grande joie, reflètent vraiment ce que j'ai vécu et vu.

Accordez-moi un peu de temps pour faire le tri et écrire une entrée digne de ce nom.

A très vite...

Posté par virgibri à 09:51 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


13 décembre 2012

15 + 12 + 12

réveil

Mardi: lever 5h50, départ 6h45, sept heures de cours, réunion parents-profs de trois heures non stop, retour à 21h.

Mercredi : lever 5h50, départ 6h45, quatre heures de cours, quatre heures d'oraux blancs de Bac, retour 18h.

Jeudi : lever 5h50, départ 6h45, huit heures de cours, et une réunion parents zappée car je suis rincée d'être corvéable à merci, retour à 18h.

Au milieu de tout cela, des interrogations, des certitudes, des doutes, des espoirs, des cauchemars, des rêves, des rires et des pleurs. J'ai la voix fatiguée.

A suivre...

 

Posté par virgibri à 18:23 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09 décembre 2012

En boucle

Madness

 

Follow me

Posté par virgibri à 07:38 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

25 novembre 2012

Encore un départ

IMGP0627

Chaque dimanche soir, nous nous faisons des serments.

Car les gares sont comme des églises.

Des serrements.

Et des serments d'amour.

Posté par virgibri à 20:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 septembre 2012

Il existe encore des contes de fée

Hier, j'ai vécu l'un de ces moments qui justifie tout le travail fourni, les coups de blues et les déprimes momentanées, qui dépasse les attentes et surprend, au bon moment.

baguette magique

Après mes cours du matin, une surveillante frappe à la porte et me demande si je suis bien Mme Virgibri. J'acquièsce. Soulagée, elle me dit que quelqu'un me cherche partout, c'est une maman.

Très vite, je réfléchis et me dis qu'il n'est pas possible que j'aie commis un impair en une journée de rentrée, quand même. Et j'aperçois la dame. Je la reconnais : c'est la mère de l'un de mes anciens élèves de seconde (en 2011-2012). Je l'avais rencontrée par deux fois à l'époque où j'avais son fils , et eu au téléphone. Atteinte d'un cancer, elle gérait ses enfants au mieux, car le père était "absent". Son fils, R., avait de mauvais résultats en seconde car son voeu de fin de troisième n'avait pas été respecté : il rêvait de faire un BEP comptabilité, et ses professeurs l'avaient poussé à aller en seconde "car il avait le niveau". Ce genre de logique me donne des boutons, mais je ne m'y attarderai pas.

Il était donc malheureux. Il attendait que l'année passe, sans avoir conscience qu'il fallait nous parler de ce projet, et surtout qu'il ne serait pas prioritaire en fin de seconde pour ce type d'orientation.

Sa mère avait donc bousculé un peu les choses en nous expliquant son projet. Dans l'urgence, nous avions pris contact avec l'établissement privé qu'il visait. Nous avions préparé le dossier, pris contact avec la CPE et j'y avais ajouté une lettre de recommandation pour cet élève calme, sérieux et triste en nos murs. J'avais bien précisé à sa mère que les chances de R. étaient très minces, pour ne pas lui donner de faux espoirs, mais elle y croyait. Elle m'avait fait comprendre à demi mots qu'elle voudrait voir son fils heureux avant de mourir, si elle ne survivait pas à son cancer...

Hier, donc, j'ai appris que le dossier de R. avait été choisi pour passer des tests d'entrée dans cette école. Il était tellement motivé qu'il en était sorti premier, alors que tous ses concurrents étaient des fils à papa... Sa soeur s'était engagée pour payer ses frais de scolarité. Depuis, il est dans les premiers de sa classe, il est heureux et épanoui. Cerise sur le gâteau : il a décroché une bourse au mérite, qui lui paye maintenant sa scolarité.

Sa mère pense que ma lettre de recommandation a joué pour beaucoup, et que j'ai plus ou moins sauvé son fils car je l'ai écouté. Elle m'a tendu une assiette de pâtisseries marocaines pour me remercier. Je n'ai pas pleuré, mais j'ai frissonné à son récit. Quand je le raconte ou l'écris ici, cela produit ce même effet. Je ne sais pas quelle est ma part dans cette réussite, et peu importe : R. est heureux et n'a finalement pas été broyé par le système comme tant d'autres.

Mon année a été illuminée par cette dame.

 

Posté par virgibri à 09:50 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


03 septembre 2012

Où est le cheveu ?

Mon emploi du temps respecte tous les voeux que j'avais émis. Il va même au-delà de mes attentes : je termine le vendredi à 11h pour reprendre le mardi à 8h.

Je me retrouve PP avec Hype, sans l'avoir demandé : le prof avec qui j'étais prévue voulait être avec son copain d'espagnol, donc nous avons interverti. Du coup, je vais partager la classe avec une collègue qui m'amuse beaucoup. Et le comble, c'est que la seconde que nous aurons est l'une des deux classes européennes : là aussi, je n'avais rien demandé.

Mes équipes pédagogiques tiennent vraiment la route, sur les trois classes.

J'ai mis seulement 35mn ce matin et 20mn ce soir pour aller au lycée et en revenir.

J'ai reçu trois cadeaux de mes collègues : deux qui viennent du Royaume-Uni et un du Pérou.

Alors forcément, je cherche où va être le problème.

Une rentrée sous de tels augures, il y a un bail que je n'ai pas connu cela...

 

Posté par virgibri à 18:58 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 août 2012

Incrédule et sereine

Je suis installée à mon nouveau bureau de métal et de verre, assise dans mon fauteuil tout neuf. Dehors, des enfants jouent : c'est le seul réel "bruit" de la journée. La cloche ponctue la journée quand je suis là.

IMG_1887

Les cartons se vident et s'enchainent. J'en ai encore pour plusieurs jours d'aménagement, mais j'aime ça. Même si je ne peux pas parler à proprement de vacances, et que je suis fatiguée (mes deux premières nuits ici ont été massacrées par Clochette qui voulait absolument entrer dans le dressing, entre 3h et 6h du matin), je crois pouvoir dire que je suis bien.

IMG_1890

Aujourd'hui, j'ai nettoyé l'ancien appartement pour l'état des lieux lundi. Aucun pincement, pas de tristesse, voire un soulagement d'être partie de là. On m'a volé, outre mon casque de moto, la boîte de transport des chats qui était dans la cave commune. J'ai dû fabriquer un carton pour y mettre Clochette, ce qui m'a sacrément agacée, juste pour le principe. Il était temps que je parte de là. Et puis mon lieu de vie était totalement lié à mon travail, ce qui ne provoque pas forcément la détente.

Ici, j'ai déjà fait deux joggings en forêt, dans un cadre idyllique. Micahuète peut témoigner que j'ai effectivement couru, même si cela reste modeste. Hier, je suis allée à vélo au marché. En fait, je suis entre ville et campagne. Si l'on m'avait dit que je choisirais ce type de vie il y a quelques années, j'aurais ri. C'est bon de savoir que l'on peut changer.

Il va me falloir un peu de temps pour m'habituer à dire pleinement "chez moi".

Et pendant ce temps, Flûtine parcourt 300km à vélo vers le sud, sous le cagnard, et force mon admiration.

Posté par virgibri à 18:46 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

02 août 2012

S'ils avaient vu cela...

Je suis propriétaire depuis 17h, et je n'ai toujours pas l'ombre d'un regret. Quelque chose de nouveau débute. Je suis allée dans mon appartement (il faut que je me fasse à ce possessif), j'y ai pleuré d'émotion, et j'ai écouté. Le calme. Le vent dans les arbres. J'ai regardé la soleil doux tourner, et prendre le chemin de ma chambre.

J'ai repris quelques mesures, répondu à des sms, parlé avec Flûtine pour qu'elle soit un peu là à ce moment précis, et me suis assise sur le carrelage.

Mon nom est déjà sur l'interphone et sur la boîte aux lettres. Cela vous pose un homme une femme.

J'ai hâte de m'approprier encore plus ces murs en y mettant ma touche de couleur, ma patte. J'ai hâte d'y sentir la vie, déjà ce week-end avec les amis qui viennent donner un coup de main, puis plus tard, quand il y aura des repas, des fêtes, de la détente, des copies à corriger, aussi. Des balades en forêt. Du vélo, de la course. Du mail art. Des films au fond du canapé.

Là, je vais "fêter" l'événement seule en commandant un repas japonais, mais je me réserve pour trinquer avec tous ceux qui se réjouiront pour moi.

Demain, un petit tour chez mon amikea avec Comtesse, qui verra l'appartement vide par la même occasion. Nous poserons les pots de peinture nécessaire aux travaux.

Je me sens plus sereine ce soir.

Posté par virgibri à 19:10 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01 août 2012

"La perspective de vivre non loin des feuillus me réjouit"

Voilà, je suis aux portes de mon futur chez moi, je signe demain après-midi... Quelle étrange sensation que celle-ci, oscillant entre fierté d'avoir mené ce projet de bout en bout avec ma mère, d'investir vraiment, de quitter un lieu dans lequel j'ai habité quatre ans, de se projeter dans un autre...

clef_serrure

Il y a aussi toute la question de la filiation : à qui sera transmis ce bien en cas de décès ? Je n'ai plus que ma mère, et mon père et ma grand-mère paternelle ne peuvent pas voir ce que j'ai accompli. J'aurais adoré les silences satisfaits quoiqu'un peu angoissés de mon père, et l'enthousiasme envahissant de Mamy, qui aurait voulu "des photos, des photos, ma poule !" pour se faire une idée... Elle m'aurait aussi aidée à sa façon, en m'offrant, sans aucune insistance, là un canapé, ici un pot de peinture. Sa générosité se mêlait à un fort égocentrisme, mais elle était irrésistible. Je pense beaucoup à mes morts, au moment de cette transition importante dans ma vie. Je crains même de pleurer au moment de la signature.

Ce soir, je verrai l'appartement vide et je ferai le point avec les vendeurs, fort sympathiques et précautionneux. Demain, j'aurai les clefs. MES clefs.

Nda : J'écris ce mot avec un F depuis mon adolescence car C., cette prof-amie qui a sans doute été mon premier amour, avait dit une fois en cours que dans cette lettre, on voyait la serrure. Je voyais dans cette remarque une poésie infinie. Depuis, je n'ai plus jamais écrit le mot "clef" autrement.

Ensuite, viendra le temps de la peinture avec de courageux bénévoles, puis l'encartonnage des livres, et le déménagement...

Et sinon, cela n'a rien à voir, mais j'ai fait environ 1400 abdos, trois joggings et une piscine en cinq jours. Bilan : 300gr de perdus. Pffff.

 

Posté par virgibri à 11:28 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

14 janvier 2012

Liste de je

Je révise, je me rassure, je m'inquiète.

Je m"inquiète, je révise, je me rassure.

Je reçois une note de dissertation trop élevée, donc mal notée.

Du coup, je révise, je m'étonne, je m'inquiète et je me rassure.

Tout cela pour dire qu'en ce moment, j'attaque la dernière ligne droite, que j'ai la tête dans le guidon et au lycée, et pour l'agreg.

Ah et puis je songe à un détachement pour changer d'air...

Je révise, je me rassure, je m'inquiète.

Je m"inquiète, je révise, je me rassure.

Posté par virgibri à 18:08 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,