26 mai 2014

Frightening

Avant de reprendre la correction marathon de mes copies de TL, j'ai besoin d'expulser mes idées noires ici.
Une fois de plus, un fois de trop, le FHaine prend la tête lors d'élections légales et démocratiques. Le vote pour ce parti ne semble plus se limiter depuis belle lurette aux racistes de tout bord, mais s'étendre comme un feu de paille. Sur mon portable, hier soir, les news arrivaient les unes après les autres, effrayantes. Et les chiffres, indiscutables.

Statistiquement, certains de mes collègues ont pu voter pour ce parti. Mais lesquels ? Dois-je me rendre encore plus invisible parce que je suis gay ? Et si je me mariais avant la prochaine présidentielle, devrais-je avoir peur de l'avenir ? J'ai songé que si nous avions une présidente d'un parti extrême, cela entrainerait une chose : qu'en tant que fonctionnaire représentant l'Etat, je la représenterais... La fierté que je peux ressentir parfois virerait en honte et en colère. Et si j'étais mariée, je serais automatiquement "fichée", je n'en doute pas.

J'ai peur pour tous ceux qui ne rentrent pas dans les clous, tous ceux qui ne sont pas immaculés de peau, tous ceux qui ne veulent pas régresser, tant sur le plan économique que social.

Je n'ai guère de haute pensée politique depuis hier soir. Juste une ombre immense, que je sens s'avancer dans la lumière, sans que personne depuis des années, dans les différents gouvernements successifs, ne semble réagir sainement et efficacement.

Le président actuel est totalement invisible; et moi, juste moi, j'aimerais lutter mais je me sens impuissante.

La révolte est salutaire, mais sera-t-elle suffisante ?

Einstein citation

Posté par virgibri à 13:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


13 septembre 2013

Parfois, la vie sans fessebouc, c'est bien

réseau

Parfois, je suis fatiguée. Pas physiquement, non, mais comme lasse des réactions de certains. Je viens de constater qu'une collègue m'avait supprimée de fessebouc sans même chercher à discuter avec moi. Non pas que ma vie sociale se résume à si peu, heureusement, mais avec mon côté "j'enfile ma cape et je vole au devant de la justice", je ne supporte pas cette hypocrisie.

Je me sens pointée à tort, par quelqu'un qui, finalement, n'a pas d'affinités avec moi. Cela, je peux l'entendre sans souci. Mais je me sens remise en question dans mon travail (nous étions dans les mêmes équipes), et c'est bien ce qui m'insupporte.

Entre Asa qui m'a cassé du sucre sur le dos en fin d'année dernière, et ce dernier événement, j'ai comme un goût amer dans la bouche. Jamais la qualité de mon travail n'avait été remise en question et je ne devrais pas en tenir compte : je sais ce que je fais mal et ce que je fais bien. Alors pourquoi accorder de l'importance à ces opinions faussées et subjectives ?

Le fait d'avoir aussi une observatrice dans mon cours neuf heures par semaine ne doit rien arranger à ma crise de doute. Ma stagiaire est effectivement d'un autre monde : elle découvre qu'il faut un cadre (voire des cadres) en classe, des rituels, qu'il faut intéresser les élèves... Pour précision, elle enseigne depuis plus de quinze ans. Ses échos me montrent à quel point ce qui me paraît évident ne l'est pas pour tout le monde.

Et puis mon réseau, pour reprendre un terme d'époque, change, se réduit, se fragilise et se fortifie à la fois. Je tente de comprendre comment cela fonctionne, et d'avancer, de m'améliorer mais je me sens comme dépassée. Certains jours un peu plus que d'autres : c'est le cas aujourd'hui.

Posté par virgibri à 17:22 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

14 juin 2013

Dubitative

Parfois, je ne comprends pas bien le monde qui m'entoure.

Voici deux jours que je vois sur des panneaux une publicité pour "le premier quatre quarts coupé en tranches". Les gens sont-ils si fainéants que prendre un couteau pour couper un gâteau contient un seuil de pénibilité latent qui m'aurait échappé ? Aurions-nous perdu ce plaisir de la tranche épaisse, qui en vaut bien deux, sur laquelle on fait dégouliner de la confiture -car c'est ainsi que j'aime le quatre quarts- pendant que l'on récupère les grosses miettes tombées dans le papier gras ? On uniformise donc même le bon vieux quatre quarts breton. Quelque chose m'échappe, en ce bas monde.

quatre quarts

Ce midi, j'ai eu les oreilles cassées par un animateur d'une course au profit d'action contre la faim. La sono avait vraiment un problème, ou bien était-ce ce type qui hurlait "Vous êtes foooooooooooooormiiiiiiiiiidaaaaaaaaaaaaaables !", ou bien c'était les deux cumulés. A deux mètres des barrières, un pauvre homme était assis par terre, derrière une pancarte "J'ai faim svp". Pendant ce temps, l'autre stentor beuglait que l'on atteignait les 90.000€ de récoltés. Quelque chose m'échappe, en ce bas monde.

Un peu avant, Cally et moi avons déjeuné ensemble puis erré dans le centre commercial avant qu'elle ne reprenne le travail. Les lieux étant infestés de ses milliers de collègues, nous devons nous tenir à carreau, contrôler sourires et regards, et feindre l'indifférence. "Nous devons" ? Cette obligation me révulse particulièrement aujourd'hui. Quand je vois des brutes épaisses hétéros ne pas se gêner, et que je me dis que Cally et moi devons être prudentes, surtout à cause des retournements de ces dernières semaines, j'ai des envies de vomir. Prudentes, parce que nous nous aimons.

Quelque chose m'échappe, en ce bas monde.

Posté par virgibri à 16:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

06 avril 2013

En ces jours étranges

Il est des semaines étranges, où de micros événements prennent toute la place sans que l'on s'en méfie.
Deux heures de devoir sur table ont mis mes nerfs en pelote dans la classe de seconde qui m'insupporte de plus en plus : retards, pas de feuilles, de la mauvaise foi, du désabusement et de l'amusement, un pantalon qui tombe mi fesses, des questions ineptes... Ajoutez à cela que quinze copies de devoir maison n'ont pas été rendues malgré un mois (!) de délai, et vous comprendrez peut-être que jeudi matin, j'étais énervée.
Après huit heures de cours, je rentre. J'avais déposé dans la journée mes copies de bac blanc corrigées, dans les casiers des collègues concernés, dont Asa. Le soir, vers 20h, je reçois un sms de cette dernière me demandant de "relire certaines copies" le lendemain. Je le voyais venir gros comme une maison : ses élèves n'ont pas brillé, mais c'est ma façon de corriger qui est un problème.
Ce n'était pas la première fois que nous évoquions certaines différences "de style", mais là, j'ai fulminé très vite, dès le jeudi soir. Rendez-vous était pris pour le vendredi 11h. Je n'ai pas tenu : à 7h45, devant la machine à café, j'ai demandé de quoi il en retournait. J'avais décidé de garder mon calme, et pourtant, dès la première phrase d'Asa, je l'ai perdu : tout sourire, elle me dit que "ohlala, c'est délicat... mais tu comprends... certains de tes commentaires sont... comment dire ? humiliants".
Tout en perversité, elle a cherché à me faire douter et j'ai compris qu'au passage, elle voulait semer la zizanie dans l'équipe de lettres en sous-entendant qu'en amie, elle me disait ce que les autres pensaient tout bas. Ce qui est faux, bien entendu. Tout y est passé : Asa SAIT mieux que les autres et ne supporte pas que l'on fasse autrement qu'elle. Pour ma part, je ne reviens jamais sur la correction de mes collègues car je trouve cela incorrect, et malhonnête pour les élèves : ils seront notés par des correcteurs divers et variés, comme nous. D'autre part, il y a peu d'écart entre nos estimations.
Pourtant, Asa veut faire sa loi et surprotège ses chers petits. Le ton est monté et je lui ai tourné le dos quand elle m'a dit qu'elle ferait faire une double correction (précision pour ceux qui ne sont pas profs : c'est outrageant car on le fait dans des cas extrêmes, avec des examinateurs totalement barrés) et qu'elle mettrait du tipp-ex sur mes commentaires "humiliants".  Juste après, sans le savoir, une collègue de lettres prenait ma défense et trouvait très bien que l'on soit tous exigeants...
A 11h, je suis allée signer mon rapport d'inspection. Etrangement, l'inspectrice était dithyrambique sur ma façon de corriger les copies. D'un coup, l'affront d'Asa a été tourné en ridicule par celle-la même qu'elle idolâtre de par sa fonction pédagogique.

J'avais compris l'an dernier qu'Asa n'était pas une amie. Cette fois-ci, la relation est rompue. J'estime avoir été humiliée injustement. Cela facilitera les choses pour la préparation de l'agreg 2014 : n'ayant pas été admissible cette année, Asa repique pour la troisième fois. Autre précision : une phrase d'elle m'était restée en travers : "L'admissiblité n'est qu'une formalité. Avec un minimum de travail, on l'a." J'avais trouvé cela méprisant non seulement pour moi, mais pour tous ceux qui préparent comme des fous et qui ne savent pas s'ils atteindront les oraux ou pas.
Justice semble rendue, d'une certaine façon.
Je me sens légitime à ma place, et Asa n'est pas ma supérieure. Elle a oublié que nous étions tous des collègues, et qu'elle devrait éviter de se placer en parangon de pédagogie.

Décidément, cette inspection aura eu sur moi plus d'effets positifs que je ne croyais.

ipad

Du coup, ce week-end, j'ai décidé que je m'offrais un Ipad, puisque je tourne autour de cette idée depuis plusieurs semaines. Sa fonction sera essentiellement de m'aider à travailler l'agreg partout, et de gérer mes cours sur écran, au lycée. Je vivais bien sans, je vivrai bien avec. Et je l'emporterai dans mes trois journées de stage en histoire de l'art : je vais adorer !

Sinon, il faut que je pense à vous parler du concert de Benjamin Biolay !

Posté par virgibri à 11:55 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

08 septembre 2010

Ce qui devait arriver arriva

Il est 17h15. Je n'ai pas déjeuné. J'ai passé l'après-midi au commissariat. Vous l'avez compris, mon scooter a été volé.
Par ma faute. Uniquement pas ma faute.
Mais le vol a été vicieux, fait de nuit, alors que mon trousseau de clefs avait dû être récupéré bien avant.
Chose que je n'ai pu dire à la police. Mais l'assurance réclamera les deux jeux de clefs. Et là, je l'aurai dans le baba, je crois.
Inutile de vous dire qu'une journée de grève qui s'achève sur une perte de 3000€ environ, j'ai connu mieux. Mais peine d'argent vaut mieux qu'accident (on se rassure comme on peut, là).
J'ai un début de migraine, à avoir attendu 2h30 pour déposer plainte. De la folie douce.
Et en plus, j'en avais particulièrement besoin cette année, du scooter, pour suivre les cours à la Fac. Et puis c'était le cadeau de mes trente ans, aussi...

A part ça, je crois que mes cours se sont bien passés ce matin. Je découvrirai la troupe de filles de ST2S demain pur parachever la rentrée.

Et ce soir, si j'en ai le courage, j'irai m'entraîner au tir. Mais là, je dois manger quelque chose, sinon je vais défaillir.

Posté par virgibri à 17:23 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 juillet 2009

Balzac is back

damages_pr_sentation

Je ne sais pas si certains scénaristes américains ont lu d'excellents romans en long, en large et en travers, mais la réussite de Damages me laisse perplexe. Rarement j'ai vu série aussi bien menée et allant dans les tréfonds de la psychologie humaine, avec ses revers, sa complexité, sa perversion, son absence de manichéisme... Ce sont les ingrédients que l'on retrouve systématiquement dans des séries mettant en scène des avocats. J'ai fait le constat que c'était ce que j'aimais, finalement : les questions de justice, les joutes verbales, le doute et la conscience... Je pense à The Practice, Ally Mc BealBoston Justice, La Loi de Los Angeles (plus ancien), Dirty sexy money et évidemment Damages.

Patty Hewes, interprétée par Glenn Close, est une avocate brillante, cruelle, manipulatrice, dangereuse, fascinante, quasiment toujours sous contrôle. Elle combat des chefs d'entreprise véreux, imbus de leur personne, prêts à tuer, parlant sans détour et vivant sans pitié. Mais vous pouvez aussi tout inverser, et donner aux uns et aux autres les mêmes adjectifs.

La nature humaine est ainsi : elle n'a pas deux faces, le Bien et le Mal. Tout s'interpénètre, se mélange, et amène rarement à de bonnes surprises, souvent à des trahisons ou des déceptions. L'être que l'on croyait bon et qui vous plante un couteau dans le dos joue sur l'effet de surprise. Celui qui est mauvais et veut accomplir quelque chose de bon, n'y parviendra que difficilement : soit on ne lui fera pas confiance, soit ses actions passées reviendront telles un boomerang.

damages_visages

Damages est au coeur de tout cela. On sursaute en découvrant des manipulations abjectes, ou qui est complice avec qui. Mais on se surprend aussi à soupirer de soulagement quand un piège est déjoué. Les répliques sont cinglantes, le jeu des acteurs subtil et délicat : un regard, un sourire, un masque de froideur nous font basculer d'un coup.

J'ai visionné tous les épisodes des deux saisons en deux jours et demi, fascinée. Le système "narratif" est très efficace : il y a soit des flashes-back, soit des "retours en avant" pour tenir en haleine. Dans chaque épisode, ces flashes violents sont prolongés de quelques secondes. A la fin de la saison seulement, on les comprend. Le suspense est donc terriblement délicieux.

damages_saison_1_L_2

Je me suis dit hier soir que Damages, c'est Balzac version trash. Une version modernisée, au coeur de Manhattan, avec des PDG de multinationales. En dehors de cela, les portraits et les intrigues sont aussi fins que dans un roman du XIXème siècle.

Un tel compliment de ma part, ce n'est pas peu dire.

Posté par virgibri à 10:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 juillet 2009

Mobilis in mobile

Dès le matin, j'ai des hauts-le-coeur... La raison ? A lire ici. Ou encore .

JamesBond

Et dans un autre genre, il y a aussi des atteintes à la liberté de la presse dans notre beau et grand pays...

Posté par virgibri à 09:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 juillet 2009

L'EN, ça pue

Je suis effarée de découvrir que la contestation, sous quelque forme qu'elle fût, est à ce point sanctionnée. Et la consigne du nouveau ministre est de ne rien lâcher : ça promet...

darcos_rentreelasserpe_

Posté par virgibri à 10:37 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,