19 novembre 2012

Caraïbes sous la pluie

Après avoir passé trois heures à travailler pour les premières, la pause s'impose. D'autant que je devrai ensuite me plonger dans un après-midi secondes. Mes lundis ressemblent (trop) souvent à cela. Ce week-end, je me suis accordé mon samedi : j'ai reçu Miss R et une collègue de churros, Santana. Nous devions être plus, mais après défections, le repas à quatre (avec Flûtine) a été très agréable malgré tout. Je m'étais lancée dans le curry de poulet accompagné de son riz thaï, suivi d'un cheesecake Caraïbos (aux deux citrons et à la coco). Comment dire ? Je crois que je commence à m'améliorer et faire des choses bonnes et assez belles. Nous sommes très loin des assiettes hautement dressées de certains restaurants gastronomiques, mais pour de l'amateurisme, je m'en sors pas mal, je crois.

DSC_0201

Ensuite, petit jogging nocturne avec Flûtine car le lendemain j'allais vivre ma première course officielle de... 5km. Mon ambition était assez réduite : tenir la distance, sans prendre en compte le chronomètre. J'ai bien fait, car je suis arrivée dans les dernières mais j'ai tenu bon ! Malgré la pluie, et deux ampoules incongrues et imprévues (sous le pied), j'ai couru 5km en 40mn (on ne rit pas, merci). J'ai gagné une petite médaille et un t-shirt micro aéré.

L'après-midi a été studieux mais je n'en pouvais plus. J'ai étalé un paquet de copies de ma seconde en difficulté car ils me rendaient folle : certains élèves n'ont pas VU et donc pas LU l'extrait de Racine de quarante vers, et ils ont quand même répondu aux questions. A se taper la tête contre les murs après deux mois de travail sur la tragédie classique, via des textes équivalents.

Florilège de mes moments de désespoir :

* son accusement était faux puis elle mourra

* par être (= paraître)

* par à port (lisez à voix haute pour comprendre...)

* Vénus faisa tomber amoureuse Phèdre envers son fils

* un grand hauteur de tragédie : Molière

* le fait de profaner son conjoint entraine de nombreux divorces

* il est possible que certains spectateurs repensent à se purger (NB : cela partait d'une bonne intention : parler de la catharsis, mais j'ai craqué et j'ai mis en commentaire : "comme les radiateurs ?")

* la seconde guerre monde

* les gens (je pense) aiment beaucoup les actes infanticides paricide adapter par des écrivais ayant vécu depuis plusieurs siècles mais qui font encore parler d'eux

A part ça, ma semaine de cours de 22h m'a épuisée. On se demande pourquoi.

 

Posté par virgibri à 12:53 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


27 août 2011

ça sent la rentrée...

Outre le fait que je m'inquiète naturellement pour chaque rentrée, un peu comme un acteur avant une première, j'ai des raisons d'avoir des angoisses.


Tout d'abord parce que l'année s'est plutôt mal achevée, je ne reviendrai pas sur ces points déjà évoqués ici. Et le public qui arrive semble au moins aussi difficile à gérer, voire plus que celui des années précédentes. Il faut dire qu'avec des directives rectorales stupides du type "faisons passer tous les élèves en seconde, cessons les redoublements", cela commence à être compliqué sur le terrain.
Ensuite parce que j'ai eu un ou deux échanges de mails avec le proviseur-adjoint qui m'annonce, ravi de lui-même, m'avoir concocté un emploi du temps sur trois jours : je travaillerais (j'insiste sur le conditionnel qui me laisse un espoir) le mardi huit heures, le jeudi cinq heures et le vendredi sept heures. Pure folie. Si tel devait être le cas, je renoncerais aux deux heures d'ECJS pour "m'alléger".

Quoi qu'il en soit, ce serait une catastrophe malgré les jours de repos "compensatoires" : physiquement, il est extrêmement difficile de tenir plus de cinq ou six heures de cours d'affilée. Les profs qui passent ici le savent bien.

Ajoutons à cela la préparation pour l'agreg 2012, et me voilà bien coincée. Je sais bien que j'ai choisi de la repasser (mais en me  tenant à un autre rythme et une autre organisation), et que j'ai aussi voulu ce lycée. Cela ne m'empêchera pas de formuler ces inquiétudes- légitimes selon moi.

IMG_1057

Sinon, j'ai vécu un véritable revival avec le retour des cartables Tann's. Je me revois, petite, très fière d' en avoir un en cuir rigide. Le mien était gris-bleu, avec un cuir un peu rapé, et sur le modèle du bleu vif de la photo.
Aujourd'hui, ils sont en synthétiques résistants. C'est presque pareil, mais pas vraiment.

Toujours dans la veine de la rentrée, j'ai enfin classé mes cours de l'an dernier, trié, rangé, et... fait mon cartable.

Pas étonnant que j'aie mal au ventre avec tout ça !

Posté par virgibri à 23:59 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 avril 2011

Mais clique don' !

Dali_fen_tre

Dali, "Jeune fille à la fenêtre"

Tout à l'heure, j'ai eu un déclic. Flûtine m'a dit quelque chose qui m'a libérée : "ouvre les fenêtres". Pas mes vraies fenêtres, celle de l'appartement, ouvertes dès le matin pour laisser entrer l'air printanier. Non. "Mes" fenêtres.

Elle m'a dit que si je n'avais pas l'agreg, et si je n'étais pas "douée" pour l'oral, par exemple, j'étais douée pour d'autres choses, dans d'autres domaines, plus humains, moins "intello" et tout aussi importants -voire plus. Qu'il faudrait des options du type jardinage de fleurs, cuisine improvisée, bricolage ou tir à l'arc à l'agreg, et que là, je cartonnerais.

Et en mangeant sur mon balcon, face à un verre de Coca citron, dans la brise légère et douce, admirant mes pousses de jardinières, j'ai souri. En fait, quand on ouvre les fenêtres, il fait sacrément beau.

Je me suis dit que j'étais peut-être "douée" pour l'amour, aussi prétentieux cela peut-il paraitre. J'en ai énormément à donner, et aujourd'hui, j'assume totalement de dire ce que je ressens face à ceux que j'aime; je laisse mon trop-plein déborder. C'est cela aussi qui me rendait légère, ces derniers mois.

Je suis peut-être "douée" avec les élèves. Et cela, aucune agrégation, aucun jury, aucun inspecteur ne sera capable de le cautionner, de le valider, de le jauger, de le juger correctement.

Je suis peut-être "douée" en photographie, en tir à l'arc, en amitié, en calligraphie, en mail art, en ski, en maquillage, en yoyo, en pétanque, en shopping, en déco, en deltaplane, que sais-je encore ?

Sans le savoir, Val a aussi sa part dans ce déclic : un échange de mails m'a fait dire que je savais simplement renouer le contact, et dire les choses comme elles sont. Elle y a répondu tout aussi simplement, validant mes pensées et mes envies de simplicité, dans le noble sens du terme.

Et puis ce matin, en trainant des pieds, des sabots et des boulets de canon, je me suis remise à travailler pour le lycée. Je me suis bien rendu compte que je "savais" faire, avec efficacité. J'ai enchainé avec un très léger paquet de copies. Aussi déprimant fut-il (une moitié de classe n'avait pas lu trois pauvres nouvelles en un mois), je n'ai pas failli, pas douté.

Je suis peut-être "douée" pour l'agreg seulement en didactique (ma seule très bonne note), et ça serait déjà pas mal.

Reste à savoir si je retente l'aventure l'an prochain, et dans quelle optique. Reste à gérer la fatigue engrangée ces dernières semaines. Mais ça va mieux : il fait si beau, dehors !

DSC_1262

Posté par virgibri à 14:20 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

18 septembre 2009

Une journée...

Je sens que je ne vais guère aimer le vendredi. De mon côté, j'ai trois heures les STG. Pour eux, ça ne fait "que" deux heures avec moi. La classe s'avère à la hauteur de nos espérances... C'est triste de se dire que certaines filières ne nous surprennent pas.
Pour couronner l'ambiance délétère de cette fin d'après-midi, après avoir mis environ vingt minutes à chauffer la machine, voilà t'y pas que l'alarme incendie retentit. Ce n'est pas un exercice, il faut donc descendre. Mes chers petits se dispersent mollement, certains n'omettant pas de prendre le plus important : leur casquette NYC. Une fois dans la cour, il m'en manque cinq. Les autres s'éparpillent en une forme géométrique sans nom, alors que je suis face à eux, sorte de figure de proue devant le chiffre de leur classe, peint au sol.
Une fois le feu vert donné par l'administration pour remonter, j'alpague quatre fois de suite ma classe, presque en vain. Même ma voix de stentor n'y change rien. Tant pis, je retourne vers la salle d'un pas agacé dynamique.
Manque de chance, une fois dans le hall, la sonnerie est relancée. Rien de tel pour dézinguer totalement une reprise de cours éventuel. Grand flottement volontaire des élèves, grand flottement des profs tout court. Il nous reste moins de quinze minutes de cours à tenir. Car il s'agit de cela : tenir et les tenir. On disait d'ailleurs ce midi à quel point le métier d'enseignant est physique. Pour ceux qui ne connaissent pas, cette remarque doit leur paraître étrange. Pourtant, notre métier est tout autant d'ordre psychologique et intellectuel que physique. Bref.
Je décide de remonter quand même, malgré le son délicat qui me chatouille les oreilles et va finir par anesthésier mes tympans.
Petit sermon sur leur attitude puis devoirs lancés à la cantonade - car il est impossible de reprendre le cours, évidemment.

Sinon, ce matin, en ECJS, j'ai bien aimé les voir réagir sur le code de la route (classé en "droit") et se poser les bonnes questions, s'interroger, s'offusquer ou bien acquiescer.

Et puis ça y est, c'est officiel, je suis accompagnatrice sur une sortie avec ma collègue d'anglais option européenne.

Demain matin, quatre heures marathon sur la nouvelle, l'argumentation et les fables. Allez, je dois bosser un peu tout cela encore.

tortue_li_vre

Cette image m'amuse follement !

Posté par virgibri à 17:12 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 août 2009

Chiffouillis (néologisme primaire)

Brise

Sans aucun ordre ni transition :

J'ai croisé Rama Yade en ville. Ça m'a fait une belle jambe. Mais j'en ai deux.
J'ai mal à la tête. Un peu. Pas encore la migraine carabinée.
J'ai déjeuné avec Emy, aux grands yeux doux.
Mes cours ne sont pas prêts.
Mais la rentrée, c'est dans trois jours.
Envie d'un sac à main violet.
Je pense quasi en continu à F. et à ses proches.
Aucun kilo de perdu et rien en pantalon à me mettre.
Presque 1500 visionnages de la vidéo pour F..
J'essayerai mon vélo demain, je pense.
Ménage prévu demain aussi.
Toujours envie de câlins.
Mes aventures sur Arcachon sont restées en stand by sur le blog.
Je bénis l'inventeur du détecteur de mouvement sur désodorisant : ça fait un pschiiiiit de muguet quand les chats passent devant la litière. Marre du kakakipu.
Ma première vraie pré-rentrée va enfin se dérouler, après sept ans d'enseignement. Je vais avoir mon propre casier à mon nom. Cela parait dérisoire, mais pas pour moi. J'y collerai sans doute une image. Reste à savoir laquelle.
J'ai fait des photos dans Paris. Je dois les basculer sur l'ordi.
Envie d'aller voir Val.
Je me suis fait draguer par un grand black en attendant Emy. Pourquoi donc ai-je toujours plu aux hommes d'Afrique noire ?

Voilà de la bonne entrée bien décousue ! Pas trop perdus ?

casier_prof

Posté par virgibri à 18:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


16 août 2009

Rétro pédalage

Hier, j'aurais dû travailler sur mes cours. Mais j'ai du mal quand il fait très chaud. Même pas une excuse, juste un constat.  Alors j'ai vivoté. Je réfléchis, je feuillette, je tournicote.
Restaurant imprévu le soir. En me préparant, j'ai découvert que la veille, j'avais dû perdre le beau bracelet en argent acheté sur Arcachon. Un bracelet de type touareg, avec deux chaînes épaisses mais un fermoir simplifié. En bref, je l'ai porté trois fois. Je suis verte de rage. (Drôle d'expression, tiens) Heureusement, il me reste la bague... (Admirez au passage le flagrant bronzage de ma peau de miel)

100820091474

Sinon, j'ai bien envie de m'acheter un vélo pour la rentrée, afin d'aller au lycée par ce moyen. Au Ferret, j'ai redécouvert une marque californienne absolument splendide mais hors de prix : Electra. Il va falloir que je renonce à cette idée saugrenue et que je me rabatte sur les vélos Karouf... Ceux de Decathlon ne me font guère rêver non plus... Enfin, cet achat n'est pas du tout certain. Pourtant, quand on n'a que deux km à faire pour aller travailler, c'est à la fois trop près pour s'y rendre en voiture, et trop loin pour y aller à pied chargée comme un âne... A méditer.

A part ça, je ne sais pas si ça vient des vacances ou si me déconnecter m'a fait du bien, mais j'alimente moins le blog. La rentrée compensera sans doute ce vide, avec son lot de surprises, d'angoisses et de nouveautés.

Et puis il y a des gens que j'ai envie de (re)voir, de côtoyer, de rencontrer... Envie de donner et recevoir de l'amour simplement (oui, cela fait pompeux... Mettons ce dégoulinage sur le compte de la chaleur). L'ours solitaire, sauvage et grognon que je suis, serait-il en train de changer ?

Posté par virgibri à 10:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 juin 2009

Nouveaux horizons

Grâce à mon amie Peps, je saurai dès que possible le résultat de la commission paritaire de lettres : une de ses collègues regardera le résultat quasi en direct et m'enverra un sms soit lundi soir, soit mardi matin pour me le dire...
Le souci, c'est que je pense déjà à ce que je vais faire si je suis en lycée, tout ça... Faut que je me calme ! (Hein ?)

Hier soir, j'ai donc rencontré Laura. Nous avions rendez-vous au Louvre. Nous avons flâné dans les couloirs des peintres flamands un peu au hasard et dans le désordre. C'était sympa parce que l'on ne se prenait pas au sérieux. Nous avons fini la visite assises au 2ème étage, face à une cour intérieure magnifique aux statues immaculées. Papotage léger et un brin intime, surtout à propos de l'amitié. Ensuite, direction le Mc Do de la rue de Rivoli, histoire de s'installer quelque part (et parce que nous assumons bien aimer ça !). J'ai pu enfin lui remettre son cadeau. Il s'agissait de façon peu originale de deux livres. Ouf, elle ne les avait pas lus !

diner_de_BabetteMishima_nvelles

Sinon, je me suis offert le dernier album de Calogero avec mes chèques fidélité Keufna. Je suis globalement satisfaite : les quatre premiers titres sont excellents (dont un duo avec Grand corps malade). Le cinquième, "La bourgeoisie des sentiments", fait allusion à son histoire personnelle : sa femme l'a quittée pour... une femme. La chanson en elle-même est efficace et réussie, mais une phrase me gêne : "Je ne pensais pas que pour une simple histoire de cul..." Je prends cela au pied de la lettre : cela signifierait donc qu'entre femmes, il ne peut y avoir que du sexe. Et forcément, je n'aime guère ce genre de sous-entendus. Trois autres titres me paraissent assez fadasses voire larmoyants ("Nathan", "Tu es fait pour voler" et "Il conte"). Pour le reste, donc huit titres, je suis ravie. Et l'utilisation de rythmes un peu militaires, mêlés à des sons plutôt novateurs est une bonne idée.

Calogero

Posté par virgibri à 16:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

18 juin 2009

En une !

Je voulais juste passer vous faire un coucou, et puis paf ! le chien je m'aperçois que sur la page d'accueil de canalblog, je suis là, enfin ! C'est la première fois. Bon, ce n'est pas avec le titre de mon blog mais tant pis...

page_d_accueil_canalblog

Sinon, j'ai eu deux conseils de classe ce soir. Je suis ressortie dépitée, évidemment. Et puis Droopy, le principal, est vraiment naze.

Les schtroumpfs sont infernaux en ce moment : j'ai failli y laisser ma voix en trois heures de cours... Je vous dirai demain quelles aberrations j'ai entendu en cours...

A part ça, j'angoisse vraiment pour les mut', sachant que j'ai des échos divers et variés à ce sujet.

Allez, zou, je vais me reposer.

Posté par virgibri à 22:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 juin 2009

TZR en RAD

Aujourd'hui, j'ai dû aller dans mon RAD (établissement de rattachement administratif) pour signer mes préférences de TZR au cas où je repiquerai pour une cinquième année... C'est le Proviseur qui m'a "accueillie" (dans une immonde robe fleurie des années 80...) par un grâcieux : "Oui, c'est pour quoi ?" Sur son visage, je lisais plutôt : "Qu'est-ce qu'elle veut, celle-là, encore ?" Certes, des parents venaient de quitter son bureau et cela semblait avoir été pénible pour elle, mais bon.

J'explique la raison de ma venue. Nous basculons dans un secrétariat : "Ginette, vous pouvez vous occuper de madame... madame... Supertzr ? Elle doit signer... je ne sais quoi !"

Tant de considération m'émeut toujours.

Sinon, j'ai appris que la moyenne avant d'avoir un poste fixe quand on est TZR est d'environ huit ans. Ça fait peur. Et si je décroche le pompon, cela relèvera du miracle, vraiment.

Cranach_Adam_et_Eve

Autrement, au milieu du brouhaha ambiant de ma halte-garderie au collège, certains élèves ont des questions simples mais efficaces : sur le récit des origines du mal version biblique, ça se bouscule. Exemple : "Mais madame, ça veut dire qu'Adam et Eve ils ont des enfants... qui ont eu des enfants... et tout ça jusqu'à moi ?!", m'a interrogée le petit Kimimi qui est... noir.

J'adore qu'un adolescent de douze ans relève ce genre d'absurdité. :-)

Posté par virgibri à 18:41 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 juin 2009

Il faut raison garder

Je suis allée à la pêche aux infos auprès d'un collègue syndiqué ce matin. Alors, si je résume, il y a un bémol : cette année, avec ce nouveau système de mutation, l'EN cherche à dézinguer les syndicats et les commissions paritaires.
Du coup, pour parvenir à leurs fins, le rectorat annonce un projet de mutation avant la mise à plat des commissions de syndicats... Ce qui signifie qu'il pourrait y avoir des changements de dernière minute. Dans mon académie et ma matière, c'est évidemment en fin de semaine, logiquement vendredi tard : lundi 22...
Je ne pourrai donc respirer que vendredi soir, voire samedi. Le pire, c'est que je ne connais personne dans les syndicats qui pourrait me rassurer plus tôt.
Même ce soir à minuit, je ne pourrai me réjouir. Et pour tout dire, j'ai bien du mal à ne plus vouloir y croire...

sarkozy_soldes_profs

Posté par virgibri à 13:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,