09 avril 2014

Is it a dream ?

Depuis lundi, la pilule de l'agreg émet des sécrétions acides et ne passe plus si bien.

Il y a deux nuits, j'ai fait un cauchemar digne de Buzzati, Kakfa, Poe et Villiers de L'Isle-Adam réunis. Des histoires de portes à ouvrir ou à laisser fermées, présentées en étoile; une angoisse étouffante; chaque bruit résonnait et je devais être silencieuse pour échapper à quelqu'un ou quelque chose; et la mort, au bout. Tué par des mains sortant de l'ombre, au corps non identifiable. Je n'ai pas accordé "tué" car, comble de tout, j'étais moi mais dans un corps d'homme : celui de Barton Fink, des frères Cohen...

barton fink

Cette nuit, j'étais admissible à l'agreg mais je m'étais trompée d'heure pour passer un oral : il avait lieu à 14h30 et j'arrivai à 15h30. J'ai cherché en vain à faire changer d'avis les profs du jury. Je sais que je devais passer sur un extrait de Montesquieu.
Et dans ma tête, je me disais (quelque chose de faux) : "Si je ne passe pas cet oral, je ne serai pas bi-admissible !" L'angoisse était à son comble, et je n'osai dire à Cally que je m'étais trompée d'horaire.

Après, comme dans toutes les mauvaises chutes, le réveil a sonné.

Je n'étais pas bi-admissible, mais bien vivante : les douleurs de l'éveil trop matinal me l'ont rappelé.

Sinon, ça va.

 

 

Posté par virgibri à 16:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


07 janvier 2014

Allô, Sigmund ?

Je ne sais si c'est la reprise, le mois de l'agreg, mes cauchemars, le chauffage au sol, nos recherches immobilières ou encore autre chose, mais depuis hier, ce n'est pas la grande forme.

Bon, d'accord, je reconnais que l'agrégation y est pour beaucoup. J'ai beau prendre du recul, je déteste ne pas me sentir au point. Je crains les regrets.
J'en ai même cauchemardé cette nuit, avec Tinette qui m'aidait et Asa qui m'enfonçait (évidemment).
Pour les cours de terminale L, cela me fait le même effet : je suis inquiète à l'idée de ne pas maitriser mon sujet, et d'être dépassée. Pourtant, Eluard est ma tasse de thé littéraire depuis un bail, et le surréalisme, n'en parlons pas. Mais c'est l'époque des doutes, et chez moi, ils sont importants.

Le travail que j'ai à faire, tant pour le lycée que pour le concours, me désespère. Je ne devrais même pas être devant l'écran de l'ordinateur, mais c'est une façon d'évacuer un peu mes angoisses.

Sinon, j'ai profité du dernier week-end des vacances pour aller voir l'expo Depardon au Grand Palais, ainsi que le film The Lunchbox. Pour Depardon, j'ai du mal à savoir si je trouve que c'est un génie ou pas. Mais comme il le dit si justement, il prend des photos que tout le monde pourrait prendre, et que personne ne prend. Il y en a deux ou trois que j'ai beaucoup aimées, entre autres parce qu'elles me rappellaient celles de Saul Leiter.
Quant au film, j'ai passé un très agréable moment. L'histoire est assez simple, mais fort bien trouvée : à Bombay, des boites repas sont livrées tous les jours via un système d'orgnaisation sidérant. Une femme veut reconquérir son mari avec ses repas, mais il y a une erreur de destinataire... La fin reste ouverte : j'ai eu envie d'être optimiste. Nous avons eu très envie de manger indien après. Ce que nous avons fait !
Cette journée à Paris m'a encore une fois donné envie de me balader avec mon boîtier photo, et surtout de me rapprocher de Paris avec Cally...

IMG_5152[1]

IMG_5153[1]

IMG_5150[1]

 

Posté par virgibri à 10:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

10 juillet 2013

C'est par où le garage ?

Mes deux premiers jours de vacances, j'ai fait ceci :

  • nettoyé le scooter plein de toiles, de feuilles, de poussière et rechargé sa batterie, évidemment à plat. Il fallait donc démonter et remonter celle-ci.
  • enregistré mes prouesses d'examinatrice sur le site consacré, afin d'être payée au mieux en novembre, pour avoir corrigé le bac en juillet.
  • fait les courses, dont des chemises cartonnées en vue de trier la masse de documents qui fait des montagnes au sol, dans mon bureau.
  • rangé la cuisine et fait un premier nettoyage de l'appartement.
  • arrosé mes plantes.
  • déposé le chèque des charges de l'appartement, ainsi que deux colis à la poste.
  • fait mon premier cauchemar de rentrée cette nuit. Comme d'habitude, je ne pouvais tenir une classe, et un élève m'appelait même par mon prénom (qui était Claude, allez comprendre).

 

Heureusement, il y a eu aussi du plaisir :

J'ai d'abord pris un pot, puis déjeuné avec Ed dans Paris. Nous avons rencontré un charmant poisson sur notre table, que j'ai baptisé Siek (toute ressemblance avec un organisme existant ou ayant existé ne serait que fortuite). Ensuite, nous sommes allées ensemble chez Gibert, où j'ai acheté mon cahier de prof pour la rentrée, ainsi que quelques livres (avec l'excuse de l'agreg, évidemment).

IMG_3874[1]

IMG_3875[1]

Je me suis baladée dans Paris, et cela faisait un bail, en scooter (mais j'habite vraiment bien trop loin de la capitale maintenant...).

J'ai acheté un pot sur trois étages, comme je le voulais depuis longtemps, afin de ranger les oignons, les échalotes (malheureusement, il y a une faute d'orthographe sur ce pot-là : ils ont mis deux L à échalote) et l'ail. Et oui, j'ai des tocs.

J'ai enfin fait ma première sieste, cet après-midi.

Je viens de cuisiner pour Cally une salade truite fumée/fenouil/radis émincés/feta, accompagnée de sa sauce au fromage blanc, menthe et ciboulette fraîches, huile d'olive, fleur de sel de yuzu; ainsi que des biscuits à l'avoine et aux noisettes, parfumés à la fleur d'oranger.

J'entends le vent dans les feuilles des arbres devant chez moi : c'est le son que je préfère au monde, je crois.

Et puis si ça vous dit, je peux vous reproduire les perles les plus saisissantes du bac 2013...

 

 

Posté par virgibri à 18:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

27 décembre 2012

Le coeur en morceaux

Nuit de presque neuf heures, emplie de cauchemars d'adultère, de tromperies de Flûtine à mon égard, qui souriait nonchalamment...

J'ai cru dimanche, suite à ses dires et son mail, qu'elle envisageait une ouverture, que nous pourrions peut-être repenser notre couple. Ses propos allaient dans ce sens.

Hier, elle ne comprenait pas que je veuille alors la voir avant mi janvier, que j'aie des inquiétudes quant à savoir avec qui elle était dans ses sorties... En gros, ma jalousie et mes angoisses amoureuses étaient incongrues puisque pour elle, il s'agissait encore et toujours de tendresse amicale. Le coup de fil à la va-vite a tourné court.

Elle m'a expédié un sms entre deux achats chez des maraîchers pour me dire que c'était fini, qu'elle avait compris (enfin !) qu'elle ne pouvait tout avoir. Je pense qu'elle ignore totalement à quel point ça fait mal. Je ne suis même pas certaine qu'elle soit mal en ce moment.

Ma colère n'est plus aussi forte car je suis abattue de vivre une seconde fois la prise de conscience de la rupture. Accablée. Comme si le but était de me faire souffrir. Je vais mettre du temps à me relever, dans le sens où je suis tombée très bas, au ras du sol. Mon amour a été méprisé, et je n'ai pas été vraiment respectée.

Je sais bien que je rencontrerai d'autres femmes, mais maintenant, là, tout de suite, je sais que je les comparerai à Flûtine, et j'ai l'amère impression que je vais devoir repasser par des voies artificielles pour faire ces rencontres, ce que je trouve déprimant. Y a-t-il quelque part une femme équilibrée, simple dans le sens noble du terme, intelligente, drôle, charmante ET homo ? Je commence sérieusement à en douter, après une telle déconfiture alors que j'étais -je suis, pauvre de moi- amoureuse...

 

Edit de 10h35 : Savez-vous ce qui m'est insupportable ? C'est de ne pas savoir avec qui elle est; qui la fait rire; si elle rit; de l'imaginer sereine voire heureuse de ne plus m'avoir dans ses pattes; de croire qu'elle désire d'autres personnes; qu'elle me compare à ces personnes et que cela joue en ma défaveur; de l'imaginer se moquer de mon amour; qu'elle ait de la pitié à mon égard... Je devrais apprendre à ignorer tout cela mais la savoir VIVRE sans moi, voilà qui m'est insupportable.

Posté par virgibri à 09:58 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

15 décembre 2010

J'avance à reculons

Avant de prendre le risque de m'effondrer au fond d'un fauteuil, je passe par ici...
La journée d'hier a été fort longue : je suis rentrée à 20h45 après avoir vu 19 parents. Comme je dors mal en ce moment (à cause du concours blanc, grrr !), je me réveille environ quatre fois par nuit. Un rhume lancinant s'ajoute à cela pour couronner le tout. De fait, j'ai décidé de sécher le cours de didactique de cet après-midi, pour me reprendre un peu et avoir le temps de tout faire.
Car trois paquets de copies m'attendent, et les révisions n'avancent pas...

Sinon, ce matin, mes cinq heures de seconde ont été un vrai festival de questions et de remarques complètement décalées/absurdes/sexistes/homophobes sans même que les auteurs de ces phrases s'en rendent compte... Alors mon énergie se "perd" beaucoup dans des discussions sans fin, des contre-argumentations, des tentatives d'ouverture, des essais de tolérance, et j'en passe.

Pour les perturber, je me suis même risquée à leur demander comment ils réagiraient s'ils apprenaient que j'étais homosexuelle... Pour leur prouver que, sur le fond, cela ne changerait rien : rien à mes cours, rien à mes notes, rien de rien.
Ma formulation était faite au conditionnel mais j'ai bien senti que pour eux, cela relevait de la science-fiction : il était impossible que je fusse homo.

Ceci étant, je me suis dit que j'aimerais beaucoup m'assumer dans mon travail, mais que si je le faisais, dans cet établissement, je risquerais gros. Par sécurité, je me devrais de me taire...

IMG_0074IMG_0071

A part ça et pour finir sur une note plus gaie, le G4 s'est évidemment parfaitement bien passé, même si nous étions toutes assez fatiguées. J'ai voulu dresser une table chaleureuse, et j'ai offert à mes copines un tout petit cadal de Noyel : un carnet Moleskine tout fin et un petit badge avec une citation, qu'elles ont choisi au hasard.

badges_citations

(Sauf que le badge orange était turquoise, avec une citation de Verlaine : "Et tout le reste est littérature...")

J'ai aussi prêté ma copie de didactique à Tinette, qui l'a lue le lendemain. Il faut sacrément se faire confiance pour cela, je trouve.

Allez, l'agreg/les copies/la sieste m'attendent, dans l'ordre qui s'imposera à moi, en attendant... l'arrivée de Flûtine !

Posté par virgibri à 15:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


26 mai 2010

Les sentiments... (2)

Varennes

Moi qui me targuais de ne pas ressentir grand-chose, me voilà embarrassée : je viens de m'éveiller d'une sieste ravageuse par ses cauchemars funèbres. Ma mère était à l'église, et moi à côté d'elle. Je voyais tous les membres morts de sa branche familiale, en me demandant comment ils avaient fait pour venir... Et ma mère les voyait, leur parlait, pleurait sur leur épaule. J'avais mal pour elle de savoir qu'ils n'étaient qu'illusion, et qu'il allaient à nouveau disparaître.
Réveil en sursaut. Cette sieste a donc été agitée. Le sommeil de cette nuit aussi.
L'enterrement de ma grand-mère aura lieu en province vendredi après-midi. J'ai posé ma journée. Etrange situation où je dois prendre un air affecté mais pas trop en annonçant ce décès.
Les cours de ce matin m'ont paru pourtant interminables. Je songeais à ma mère sur la route, et n'étais guère rassurée par la pluie, sa fatigue, son chagrin. Je redoute aussi qu'elle fasse un report sur moi, puisque nous sommes dorénavant la seule famille de l'autre...

Et pendant ce temps, côté travail, je suis coincée pour les orientations de seconde car Kracoukass, en arrêt maladie depuis deux semaines, a gardé chez lui les fiches navette. Les premières finiront aussi ric rac le programme du Bac. Mes descriptifs seront remis demain à l'administration pas Asa, qui s'occupe des photocopies de ceux-ci.

Ce soir, cours au Louvre alors que j'ai la tête farcie et simplement envie de dormir. En plus, l'ambiance est tendue avec S. et Flûtine est à l'autre bout du monde...

Je ne dis pas que je vais mal, non. Il y a juste un coup de mou, un accroc au tissu.

Posté par virgibri à 17:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 décembre 2009

2009 glisse sur moi

Entre une légère insomnie hier de 3h à 5h, et le cauchemar de cette nuit, avec réveil en sursaut à 6h30 (des araignées sur moi... brrrrr, j'en frissonne encore), je me dis que je ne suis guère reposée malgré les vacances. Un mal de tête traîne, du coup. Et puis je me dis aussi que la peluche Pluto a ses limites. Mais que faire ?

2008_10_06_06102008049


Sinon, à part ça, j'ai fait environ 300 abdos hier (matin et soir), et je vais enchainer ce matin encore. Cloch m'admire dans ces moments-là. Elle a raison, car c'est plutôt drôle de me voir souffler comme une femme enceinte faisant ses exercices de respiration (n'était-ce pas dans Friends que Rachel devait "faire le chien" et qu'elle envoyait balader Ross ?)...

J'ai eu aussi mes derniers cadeaux de Noyel déposés dans ma boîte aux lettres...Un livre de cuisine/mail art, une Wonderbox, un carnet Moleskine rouge. Pourquoi certains cadeaux ont un goût douceâtre doux-amer, parfois ?

Et puis là, on vient de sonner à l'interphone. "J'ai un paquet pour vous". Une surprise ? Un envoi imprévu ? Non, juste ma montre Fossil réparée...

Allez, abdos, ménage, douche, copies (ah ben non, pas le courage, finalement), préparatifs pour ce soir. Et pendant ce temps-là, S. skie pour oublier un peu 2009...

Ski_Serre_Chevalier_2006_053

Serre-Chevalier, 2006

Posté par virgibri à 10:32 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 décembre 2009

Sexytude zéro

DSC_0327

Ce matin, je me suis réveillée les cheveux dans les yeux, les bras repliés sur l'oreiller, avec Clochette endormie près de ma tête, retenant de ses pattes douces mon poignet. C'était bon d'émerger ainsi, alors que les rêves de la nuit avaient été perturbants (sans faire de psychanalyse de bazar, ils expriment tout bonnement mes inquiétudes sur mon physique, ma capacité à plaire, mes égarement sentimentaux...).
Cloch a poursuivi le câlin en se glissant sous la couette, contre moi. Son ronronnement résonnait délicatement jusqu'à mon oreiller. Le noiraud nous a rejointes, en s'installant sur mon flanc.
Je me suis levée au bout d'un certain temps, en évitant de penser à toutes les corvées que j'ai à faire.
Mon hésitation du jour porte sur mes activités : copies, achat de sapin, courses Karouf, parapharmacie, cours ?

Je commence aussi à angoisser sur cette maudite période de fêtes. Ne vous méprenez pas : j'adore Noyel, les décorations, les lumières, tout ça. Mais je n'ai rien à fêter. Ma mère vit avec un homme que je n'apprécie guère, et avec qui je n'ai jamais voulu passer Noyel. Pourtant, je n'ai plus qu'elle comme famille.

C'est sans doute ce qui me noue : ne plus pouvoir me reposer sur quelqu'un d'autre en ces moments-là. Et me dire que le jour où je perdrai ma mère, je serai seule. Complètement seule.

Je ne prends guère soin de moi depuis quelque temps. J'entends par là que je me néglige pas, mais que je n'ai pas l'impression non plus de me mettre en valeur. D'habitude, je rends mes pieds tout doux, j'utilise des soins pour mes cheveux, je mets même parfois du lait à la figue pour le corps, je me passe de la crème pour les mains le soir... Je n'en ai pas envie. Je me dis sans doute que je n'ai à plaire à personne, ou que je ne plairais à personne. Comme nous disions avec Sandy à une époque, ma "sexytude" est à plat. Zéro pointé.

Cependant, et c'est contradictoire, j'en ai conscience, je ne me pose guère la question au lycée. Je reconnais sentir parfois des bourrelets disgrâcieux; je tire sur mes pulls pour qu'ils en montrent le moins possible, mais je doute que mes élèves sentent cette gêne. J'ai l'air très à l'aise avec mon corps. J'ose les couleurs, parfois une jupe ou une robe, je porte quelques bijoux, et de temps à autre je fais claquer mes talons sur l'estrade.

Renoir_crayon

Dessin de Renoir

Alors quoi ?

Alors je me disais récemment que si l'un d'eux me posait une question du genre "Vous êtes mariée, m'dame ?", je serais bien embêtée de passer pour la vieille fille de service. Avant, je pouvais entretenir le suspense (si je décidais de répondre) avec un "Non, je suis pacsée". Cela résolvait pas mal de choses.

Aujourd'hui, je ne suis qu'une femme de 34 ans, vivant avec ses deux chats, joignant les deux bouts de façon hasardeuse, recevant l'aide financière de sa mère régulièrement, et angoissant pour les fêtes...

Posté par virgibri à 11:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 novembre 2009

ça sent la mer

crevettes_roses_denis_bergeret


J'ai rêvé sur le petit matin que je vivais dans un appartement de type new-yorkais, au premier étage d'un immeuble, et mes collègues de lettres et moi-même étions en train de le vider et de ranger les bibliothèques. Il fallait entre autres peindre des lettres dessinées sur un mur, en écriture romaine, très nettes comme celles que l'on voit sur... les pierres tombales. Hum.
Mais le souci, c'est que je trouvais par terre des têtes de crevettes roses. Juste les têtes. Je pensais que quelqu'une parmi nous mangeait les crevettes, et jetait les têtes sur le sol. Je ronchonnais et m'agaçais en pensant au ménage supplémentaire à faire. En plus, Clochette cherchait à en avaler une.
Soudain, je me retrouve dans la rue. Des policiers me disent qu'il y a un problème de canalisation, et que pendant quelques jours, il va y avoir des remontées dans les appartements. Les crevettes viendraient donc de là. Je pense à mes chats, aux portes qu'il va falloir fermer pour les empêcher d'avaler tout cela...
Je me suis réveillée avec mon noiraud sur le ventre, et Cloch' qui cherchait à aller sous la couette.

Après ces aventures pseudo new-yorkaises, il va falloir que je me noie sous la douche et que je bosse aujourd'hui : plus le choix.

Posté par virgibri à 09:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 juillet 2009

What's up ?

Snapshot_20090720

En ces jours d'été venteux et peu ensoleillés, alors que tout le monde est parti en vacances ou bien en mode off, qu'ai-je donc de beau à raconter ? Florilège de choses plus ou moins stupides, inintéressantes et/ou banales, just for fun...

J'atteins une longueur de cheveux pénible mais au moins, je constate qu'ils poussent vite. Après huit mois de patience, ça prend forme. Grâce à Micahuète, l'évidence des serre-tête pour survivre est enfin devenue une évidence.

Hier soir, j'ai regardé le premier film de la série des Harry Potter, et mince, qu'est-ce qu'ils étaient mini pouces ! En même temps, j'ai pris un coup de vieux en regardant la date du film : 2001.

J'ai trié hier dans des sous-dossiers et des boîtes de rangement les polycopiés et les cours que j'avais, répartis partout. Cela m'a pris du temps, mais je suis quelque peu rassurée maintenant.

Malgré mon état global de zenitude, je cauchemarde depuis plusieurs nuits. Impossible de me rappeler de quoi que ce soit. Je sais juste que je mélange les apparitions et les lieux.

Ce soir, restaurant indien avec Ed, Emy et pitêtre Comtesse. Laura nous fait faux bond. Pfffff.

J'ai décidé de m'abonner au théâtre de ma ville l'an prochain pour assister à de chouettes pestacles et ne pas avoir l'excuse du "j'ai pas envie de sortir / c'est loin / chuis fatiguée" (rayez les mentions inutiles). Là, j'irai à pied. Héhé.

Je me suis occupée de mes jardinières et plantations pendant une heure. J'ai pensé à Papistache avec son grand jardin, et me suis dit qu'il en fallait du temps pour en prendre soin... Au fait, monsieur le jardinier, je cherche un mot depuis hier : comment appelle-t-on les bourgeons et les tiges qui poussent sur les plantes sans rien produire ? Je l'ai su et je tourne autour depuis des heures...

Snapshot_20090720_9

J'anticipe mes deux semaines à la mer avec Micahuète et ses amies : je me prépare psychologiquement à être le seul Botero vivant du groupe...

Finalement, mon grand tri dans l'appartement se fera dimanche avec ma mère. Elle est d'une efficacité et d'une énergie redoutables. Hier matin, elle est passée en coup de vent récupérer pour un dépôt-vente ma chaise de bureau et un halogène. Vouloir me donner de l'espace est un bon signe, je crois.

Bon allez, suffit. Je passe au nettoyage des sols en écoutant Coldplay.

Isn't it fascinating ?

Posté par virgibri à 09:43 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,