05 décembre 2009

Quand la forêt vous prend...

Hier, ma journée fut longue, longue, longue... Entre les heures mortelles avec les STG (j'ai failli m'endormir et je me trouvais très mauvaise prof, alors que j'avais fait ce cours de façon fort enlevée et enjouée aux ES), un petit Hugo (Victor, je ne parle pas de l'un de mes élèves) en seconde, et pour finir un conseil de première qui m'a semblé s'étendre à cause de ma fatigue, j'étais contente de rentrer chez moi le soir.

Victor_Hugo

D'autant que ce matin, c'était réunion parents-profs avec remise des bulletins en seconde dès 8h30. J'ai vu bien plus de parents que prévu (j'avais un planning, que j'ai tenu de main de maître, alors que mon co PP avait 20mn de retard sur ses créneaux horaires hyper sophistiqués), et ça m'a fait du bien de me sentir, pour la première fois vraiment, légitimée sur un poste.
Pas de remarques sur : mais quand partirez-vous ? qui vous remplacera ? qui remplacez-vous ? respectez-vous le programme ? nos enfants prennent-ils du retard ?, et j'en passe.
Là, quelques parents m'ont remerciée d'être investie dans mon travail, de tenir le blog, de leur parler mais surtout de les écouter, de faire un "programme génial" (dixit). Certains élèves craignaient de passer avec PR (prof rigide = mon co PP) et semblaient noués devant leurs parents. J'ai toujours tenté de les mettre en valeur, sans les tancer vertement. Les plus faibles et travailleurs, je les ai motivés. Une mère était prête à disputer sa fille, et s'est retrouvée embêtée quand j'ai dit que j'aurais eu envie de lui donner les encouragements... La gamine était incrédule. Elle avait déjà eu un rdv avec PR auparavant, et avait pleuré devant lui.

Voilà, tout cela me met du baume au coeur, car l'ambiance en STG me fait souvent douter. Il faut que je me remette moins en cause, et que je délègue une part de responsabilité aux élèves quant à la moyenne catastrophique (je n'ai jamais vu cela, toutes sections confondues, en sept ans de carrière) et à l'atmosphère lourde en cours.

Sinon, comme prévu, je suis allée chercher mon beau sapin Robin des Bois chez mon amikea. Il y avait beaucoup de monde, mais je suis astucieuse. Dans ma twingo, ça sentait la forêt. J'adore !


Pub La Vosgienne avec Dominique Lavanant 1994

Posté par virgibri à 15:07 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


03 décembre 2009

Orangina rouge

Mon amikea n'a pas été gentil : je me suis déplacée pour rien. La vente des sapins débutera samedi (alors que sur leur site, ils l'avaient indiquée à compter du 1er décembre). J'irai donc choisir mon Nordman après la réunion parents-profs de seconde... En voilà une idée qu'elle est bonne ! (Sauf qu'il y aura énormément de monde)
Du coup, j'ai acheté pour ma mère les bambous qu'elle voulait, et j'ai investi dans des boules de Noyel super classe : un assortiment noir. Mon sapin va être cette année un résine killer : il sera noir et vert... Comme Robin des Bois !

Robin_des_bois

Après cette déconvenue, j'ai filé sous des trombes d'eau chez Karouf. Ouèèèèèh ! Leurs sapins étaient chers et pourris.  Mais je me suis offert une guirlande clignotante avec huit programmes pour accrocher à une fenêtre. Je rêverais d'en installer en extérieur sur le balcon, mais je ne peux faire passer la prise à l'intérieur...
J'ai fait des courses, en ayant l'impression (erronée) d'y passer un temps dingue. J'ai beau être seule, je suis maintenant armée au cas où des gens débarqueraient à l'improviste : j'ai une réserve de fromage à raclette, ainsi que des blinis, du tzatziki et de l'houmous, sans compter deux pomelos chinois. Comment ça, je ne mange que ce fruit ? Ben quoi, il est de saison, au moins !

Ensuite, je suis rentrée, chargée comme un bourricot. La nuit était quasiment tombée. Dans une rue toute proche de chez moi, je dois souvent jongler pour passer : elle est à double sens, et des neuneu se garent un peu n'importe comment. Une voiture en face de moi arrive, ralentit et me laisse déboîter. Ce que je fais. Mais au même moment, un piéton émerge de nulle part et longe la voiture mal garée. Je me range à nouveau de mon côté, je suis en première, et je klaxonne gentiment le piéton pour le prévenir du danger.

Et là, stupeur : il se retourne, et frappe sur ma voiture ! Je me mets à l'arrêt, je baisse ma vitre pour lui expliquer que c'est pour lui que je klaxonne, à cause du danger (le code est très précis là-dessus, d'ailleurs) et je me fais incendier. Tous les conducteurs sont mis dans le même panier; je peux à peine en placer une. Je ne suis même pas certaine qu'il ait entendu mes "arguments". Je suis restée effarée au volant, le voyant s'éloigner d'un air renfrogné et agressif. Comment est-il possible de vivre le même événement de deux façons si opposées ?

Et puis d'abord, pourquoi sont-ils si méchants ?

orangina_rouge

Edit de 18h10 : ma guirlande encadre la fenêtre de la cuisine, et je suis contente comme une gosse, malgré le côté kitsch de la chose. Elle clignote multicolore, et cela laisse les chats perplexes...

Posté par virgibri à 17:40 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Sexytude zéro

DSC_0327

Ce matin, je me suis réveillée les cheveux dans les yeux, les bras repliés sur l'oreiller, avec Clochette endormie près de ma tête, retenant de ses pattes douces mon poignet. C'était bon d'émerger ainsi, alors que les rêves de la nuit avaient été perturbants (sans faire de psychanalyse de bazar, ils expriment tout bonnement mes inquiétudes sur mon physique, ma capacité à plaire, mes égarement sentimentaux...).
Cloch a poursuivi le câlin en se glissant sous la couette, contre moi. Son ronronnement résonnait délicatement jusqu'à mon oreiller. Le noiraud nous a rejointes, en s'installant sur mon flanc.
Je me suis levée au bout d'un certain temps, en évitant de penser à toutes les corvées que j'ai à faire.
Mon hésitation du jour porte sur mes activités : copies, achat de sapin, courses Karouf, parapharmacie, cours ?

Je commence aussi à angoisser sur cette maudite période de fêtes. Ne vous méprenez pas : j'adore Noyel, les décorations, les lumières, tout ça. Mais je n'ai rien à fêter. Ma mère vit avec un homme que je n'apprécie guère, et avec qui je n'ai jamais voulu passer Noyel. Pourtant, je n'ai plus qu'elle comme famille.

C'est sans doute ce qui me noue : ne plus pouvoir me reposer sur quelqu'un d'autre en ces moments-là. Et me dire que le jour où je perdrai ma mère, je serai seule. Complètement seule.

Je ne prends guère soin de moi depuis quelque temps. J'entends par là que je me néglige pas, mais que je n'ai pas l'impression non plus de me mettre en valeur. D'habitude, je rends mes pieds tout doux, j'utilise des soins pour mes cheveux, je mets même parfois du lait à la figue pour le corps, je me passe de la crème pour les mains le soir... Je n'en ai pas envie. Je me dis sans doute que je n'ai à plaire à personne, ou que je ne plairais à personne. Comme nous disions avec Sandy à une époque, ma "sexytude" est à plat. Zéro pointé.

Cependant, et c'est contradictoire, j'en ai conscience, je ne me pose guère la question au lycée. Je reconnais sentir parfois des bourrelets disgrâcieux; je tire sur mes pulls pour qu'ils en montrent le moins possible, mais je doute que mes élèves sentent cette gêne. J'ai l'air très à l'aise avec mon corps. J'ose les couleurs, parfois une jupe ou une robe, je porte quelques bijoux, et de temps à autre je fais claquer mes talons sur l'estrade.

Renoir_crayon

Dessin de Renoir

Alors quoi ?

Alors je me disais récemment que si l'un d'eux me posait une question du genre "Vous êtes mariée, m'dame ?", je serais bien embêtée de passer pour la vieille fille de service. Avant, je pouvais entretenir le suspense (si je décidais de répondre) avec un "Non, je suis pacsée". Cela résolvait pas mal de choses.

Aujourd'hui, je ne suis qu'une femme de 34 ans, vivant avec ses deux chats, joignant les deux bouts de façon hasardeuse, recevant l'aide financière de sa mère régulièrement, et angoissant pour les fêtes...

Posté par virgibri à 11:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 décembre 2009

Il court, il court...

furet


Non non, je n'ai pas disparu de la planète. Je cours juste trop en ce moment, et je m'interroge sur l'utilité de l'écrire ici...
Je fais passer des oraux blancs à mes élèves; je participe à des conseils de classe; j'ai envie d'étriper mon co PP; je fais cours, évidemment; je classe, je range, j'ordonne mon bazar; j'organise mon projet anti homophobie au lycée; et là je ne vais pas tarder à filer au Louvre... Mes collègues me disent que c'est l'enfer, cette époque de l'année, et que ça ira mieux ensuite.
Je suis dans une période blanche, comme on parle d'une voix blanche : sans relief, un peu vide.
Et vous, la course aussi ?

Posté par virgibri à 18:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 décembre 2009

No comment

ruban_sida2

Posté par virgibri à 19:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


30 novembre 2009

Soyez aware

Allez, comme cela fait longtemps que je n'ai pas évoqué les délicieuses perles de mes élèves, en voici un wagon. Je crois que nous avons tous besoin de rire, ou de sourire, par défaut.

Interrogation de lecture sur La Fontaine, premières
* de movaise fois
* Jean Marie Arouet alias Jean de La Fontaine (je précise que La Fontaine n'avait pris de pseudonyme, et que l'élève a pensé au véritable nom de... Voltaire)
* un âge assez avérée pour son époque
* sources de connaissent (= de connaissances)
* quand l'homme n'a plus de savoir, il déchût, il fane. ( C'est ma préférée !)

JeanClaudeVanDamme

Bac blanc sur l'argumentation (avec une fable en commentaire)
* il ne dit pas sa morale, il l'implicite
* apriorie
* la mauvaise foie, la perfidité
*ersensciellement (= essentiellement)
* enlocurence
* le juge il s'en fou
* ils voillent / ils voix(= voient)
* ce récit est dynamique grâce à la ponctualité (= ponctuation)
* un homme qui se noyé à la mer
* si il avais location (= s'il avait l'occasion)
* La Fontaine, philosoque des lumières du IXème siècle
* pas de playdoirie
* il y a des connotations misérables et tristes
* la roi se fait berner par un cerf (villageois sans terre) -> je précise que la fable portait sur un cerf et un lion... Et le cerf n'était pas du tout un serf.
* un monarque auquel on doit succomber à toute les exigences (Sarko Ier, sors de ce corps !)
* l'interessement de l'avis des conditions du peuples
* un avare de l'argent
* en échèque (shame on me, j'ai mis en marge : "et la carte bleue ?")
* il déshonneur sa mort
* execause (= exaucer)
* le cerf, agil du language
* elle est composée de vers en phrases
* les fables resteront gravées dans nos mémoires (c'est là que j'ai imité F. Mitterrand...)
* la vision de la mort de la reine par le royaume (on dirait du Van Damme)
* histoire entre Nicolas Fouquets et Louis XIV (Sarko Ier est partout, décidément)
* la morale à la fin peut être au début
* les fables ont connu un certain succès au XVIIème siècle avec des écrivains célèbres : Hugo, Corneille...

fouquet_s

Je m'arrête là pour aujourd'hui : j'en garde sous la coude, c'est mieux. En tous les cas En tout cas, je trouve toutes ces perles pleines de fantaisie, voire de poésie, parfois...

Posté par virgibri à 14:45 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 novembre 2009

Comptes d'hiver

Il faudrait que je fasse une entrée sur les sciences et moi (c'est pompeux, oui). Mais je n'en ai aucune envie. Idem pour acheter mon sapin chez mon amikea, corriger mes fichues copies (je ne peux m'en prendre qu'à moi-même d'en avoir autant), préparer le conseil de classe de demain (alors que je suis repos ce jour-là), changer les draps, repasser ma montagne de linge, vider le lave-vaisselle...

Là, dehors, c'est le déluge. Le vent m'a d'ailleurs réveillée ce matin. Vendredi, alors que je commence plus tard, c'est Clochette qui m'a fait toutes les bêtises possibles. Et puis la veille au soir, au moment de dormir enfin, un moustique, que dis-je ? le seul moustique de toute l'Ile-de-France, est venu siffler à mes oreilles. Rien de tel pour m'agacer.

Hier soir, j'ai rendu service à Barbie Dolly (bien plus joli, je trouve) qui manquait d'accompagnateurs pour emmener ses élèves au théâtre. Un Shakespeare de 2h30. Etonnamment, les élèves se sont bien tenus, en dehors de l'envoi de sms pendant la représentation... Après, épuisée de fatigue, j'ai acheté un menu Mc Do, et suis rentrée sous la pluie et dans le vent.

Shakespeare_conte_hiver

Allez, je vais m'activer quelque peu, histoire de m'en tenir à mon objectif du jour : un paquet de copies de STG, et mes cours préparés.

Heureusement que j'ai commencé ma cure d'allymcbealisme...

allymcbeal_cri

Edit de 19h30 : je viens enfin de finir mon paquet de STG; maigre victoire si l'on considère qu'il m'en reste encore quatre... Mais là, je vais m'atteler aux tâches ménagères propres au linge... Trop la fête !

Posté par virgibri à 10:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

27 novembre 2009

Aïdez-moi

Aujourd'hui, c'était l'Aïd. Mes STG l'ont tous fait. Certains ont dû se convertir hier. Mouarf.
Pas grave : j'avais mille choses à faire, dont le pré conseil de ma seconde avec mon co PP. Cela n'en finissait plus, et je sentais la moutarde me monter au nez progressivement. Il faut dire que sur le plan pédagogique, nous sommes aux antipodes. Par exemple, une élève qui a des difficultés bosse comme une folle. Elle parvient à plus de 10 dans pas mal de matières, sauf en math. Par ailleurs, j'ai appris en rencontrant sa mère que celle-ci avait perdu sa soeur en septembre. La gamine vit très mal la mort de sa tante. Je propose d'envisager les encouragements, pour lui redonner confiance et lui montrer que nous sommes là. Et puis mince, pour le moral, quoi ! Cela ne nous coûte rien. Eh bien, non : monsieur coincé (il faut que je lui trouve un surnom : z'avez des z'idées ?) refuse. Il ne veut pas entendre qu'il ne s'agit pas que de notes...
Le pré conseil a duré 1h40 et a failli me déclencher une migraine tant je luttais pour faire bonne figure par instant... Bon je l'admets, à d'autres, je l'ai envoyé dans la ligne des trente mètres. Je me flagellerai avant de dormir.

horloge_math

Comble de tout, une heure après, nous étions convoqués chez l'adjoint pour préparer le conseil (oui, c'est donc un pré pré conseil...). J'avais des envies de me pendre : entre l'adjoint qui a deux de tension et mon co PP rigide, j'avais l'air d'une danseuse du french cancan en comparaison... D'autant que le matin, mon collègue avait tenté de justifier les réclamations des élèves à son égard, et craignait, je pense, d'être houspillé. Hum.

Pour finir ma journée, j'ai enregistré les notes des commentaires composés de ES et rentré leurs moyennes : un désastre. Deux élèves ont au-dessus de 10.

Enfin, j'ai pris le temps de répondre à une amie de ma petite élève gay. Cette dernière servait de pigeon voyageur, et m'a transmis un texte écrit par sa copine d'une autre classe. Donc, sans savoir son nom, je lui ai répondu. J'espère que demain elle ira voir Jeanne, sa prof de français, qui est déjà au parfum... Mais le texte, je l'ai gardé et j'ai été la seule à le lire. C'est peut-être naïf, mais cette confiance me touche.

Allez, il est temps de dîner, je pense. Mon cher collègue lancerait son chronomètre de montre pour calculer en combien de temps je mange, peut-être : tenez-vous bien, quand la sonnerie de récré retentit, il l'enclenche. Il a programmé sa montre pour qu'elle bippe au moment de remonter en classe...

Posté par virgibri à 19:44 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 novembre 2009

Promenons-nous, dans les bois...

Je viens de rentrer d'un cours particulier, après avoir laissé le plombier me sauver des tuyaux bouchés dans la salle de bain.

chat_violence

Je découvre, atterrée, deux mails du lycée. Le premier, c'est un avis d'exclusion à l'encontre des deux élèves qui sont venus m'agresser verbalement devant la salle des profs. Soit. Je ne sais si cela arrangera les choses, mais au moins une réaction existe.
Le deuxième, c'est un mail du PP des STG qui me tient au courant des événements de la journée. Mes collègues ont débrayé cet après-midi, suite à un acte violent qui a eu lieu à 9h (du mobilier a été lancé par la fenêtre depuis une salle en étage). Apparemment, l'administration aurait réagi en balançant des exclusions et des sanctions pour redresser la barre (on avait l'impression ces derniers temps que les élèves prenaient de plus en plus de libertés et qu'il n'y avait aucun signal fort des chefs). D'où le mail n°1, en fait.
Bon, ben, c'est mega fun et surprenant, la vie au LycéeDésiré !

Posté par virgibri à 19:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 novembre 2009

Piment

guillon


Je reviens du tout nouveau spectacle de Stéphane Guillon : il est comme ces croûtes que l'on voulait toujours gratter quand nous étions enfants, et qu'on aimait arracher même si elles étaient moches et qu'elles faisaient mal.
J'aime son audace, son franc-parler et sa finesse face à l'actualité et au monde politique.
Un peu de poil à gratter en ces temps où il faut passer la brosse à reluire, le lustrant et le cirage, ça fait un bien fou ! Il va loin et n'a peur de rien, semble-t-il.
J'aurais aimé une carrière d'humoriste acerbe et acide, mais toujours drôle, tiens.
Bonne nuit, les petits !


Stéphane Guillon : vive la France !
envoyé par franceinter. - L'info video en direct.

Posté par virgibri à 23:25 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,