27 mars 2006

La vérité de l'auteur

Je reviens du cinéma, où j'ai vu Truman Capote. La performance de Philip Seymour Hoffman qui interprète le rôle-titre (Golden Globe du meilleur acteur, à droite sur la photo) est impressionnante.

Clifton Collins Jr. and Philip Seymour Hoffman in Sony Pictures Classics' Capote

Le film, quant à lui, relève de ce que j'appelle -sans aucune connotation péjorative- "la masturbation intellectuelle" : on est au coeur de la création littéraire, avec ses ambiguités, ses horreurs et ses délices, ses vices et ses grâces; et avec beaucoup de lenteur, on y accède de façon biaisée.
Les 95% du film sont dans des couleurs ternes, sombres, sans soleil, au milieu de la brume du Kansas ou dans la nuit new-yorkaise, sauf au moment clef de la révélation des meurtres : crus, violents, absurdes, sanglants. L'ensemble est rondement mené et m'a donné envie de (re)lire T. Capote (après In cold blood, il n'est jamais parvenu à achever ses romans...), de me pencher sur sa biographie.

Finalement, je m'aperçois que je me tourne depuis quelques années de plus en plus vers la littérature contemporaine et étrangère, même si je ne suis qu'une dilettante en ce domaine : d'aucuns diront que je ne lis pas les oeuvres dans leur langue d'origine (comme j'ai pu l'entendre en philo ! "Il faut lire les philosophes allemands dans la langue et connaître le grec !") et que c'est sacrilège...

Je me demande si je ne vais pas créer une nouvelle catégorie "lecture" pour mes posts, avec photos des couvertures des ouvrages. Vos avis ?

Posté par virgibri à 17:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Pensées du jour

« Veux-tu avoir la vie facile ? Reste toujours près du troupeau, et oublie-toi en lui. »

F. NIETZSCHE

« Le mot "sens moral" n'a pas de signification pour moi.»

COLETTE

Posté par virgibri à 10:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mars 2006

Femmes, 2

"Aux armes citoyennes", de Zazie
Album La zizanie

A ceux qui pensent
Qu'Eve est seulement
Une moitié d'Adam
A ceux qui disent
Qu'elle est la mère
De tous les vices
A ceux qui se permettent
D'être le seul maître
Après Dieu
A ceux qui rient
A celles qui pleurent

A ceux qui vont
Libres comme l'air
A celles qui se terrent
A ceux qui ont
Le droit de dire
Elles, de se taire
A ceux qui prennent la vie
De celles qui donnent la vie
A ceux qui rient
De celles qui pleurent

Aux armes, citoyennes
Nos armes seront
Les larmes qui nous viennent
Des crimes sans nom
Aux hommes qui nous aiment
Ensemble, marchons
Et au Diable les autres

A celles qu'on opprime
Pour avoir commis le crime
D'aimer
A celles qu'on supprime
Pour un peu de peau
Dévoilée
A celles qu'on assassine
Pour avoir tenté de leur résister
A nous, mes frères
Qui laissons faire

Aux armes, citoyennes
Nos armes seront
Les larmes qui nous viennent
Des victimes sans nom
Aux hommes qui nous aiment
Ensemble, marchons
Et au Diable les autres
A nous, mes frères
Qui laissons faire

Aux armes, citoyennes
Aux armes, versons
Les larmes qui nous viennent
Au feu des canons
Aux hommes que reviennent
Un peu de raison
Et au Diable les autres

Aux armes, citoyennes
Nos larmes seront
Les forces qui nous tiennent
Ensemble, marchons
Puisque l'horreur est humaine
Sur elle versons
Nos larmes en pardon



Posté par virgibri à 18:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Femmes

image_020

Chaque 8 mars, je suis toujours sceptique et dubitative. Sur le fond, la journée de la femme est une bonne idée. Mais quand on y réfléchit bien, ça fait un peu espèce en voie de disparition ou à préserver.
Etant donné la vie quotidienne de nombreuses femmes dans le monde, c'est tout à fait ça : violées, défigurées, tuées, battues, condamnées (dernière absurdité que j'ai pu lire à propos de l'Afghanistan : plus de 150 femmes ont été jugées puis emprisonnées car...une mèche de cheveux dépassait de leur bourka...), j'en passe et des pires (celles qui cumulent tout). Il faut effectivement les préserver.
On brandit les rares femmes chefs de gouvernements dans le monde, on fait de jolies démarches commerciales dans les magasins culturels ou les parfumeries, un ou deux papiers sur la situation des femmes dans le monde, et puis le 9 mars, plus rien.

J'ai reçu le journal d'un syndicat de l'Education Nationale qui contenait des chiffres hallucinants. Je vous en livre un. En France, en période active (avant retraite), l'écart de salaire entre hommes et femmes est de 11% A la retraite, il passe à 43%...
Dans les manuels d'histoire-géographie, elles sont encore quasiment absentes, ou bien présentées comme des stéréotypes : Olympe de Gouges, les paysannes, les bourgeoises, Marie Curie, Marie-Antoinette, etc. Mais la réalité sociale des femmes, le Code Napoléon encore appliqué jusque dans les années 70, le déni de leurs droits, que nenni.

Je serais plutôt pour les 364 jours de la femme, et nous en laisserions un aux hommes. Après tout, ils ont quelques siècles d'avance de prédominance, non ?

smash_patriarchy

Posté par virgibri à 09:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 janvier 2006

Ladies in Lavender

L'angliciste que je suis s'est régalée du film Les Dames de Cornouailles (Ladies in lavender) : les deux actrices sont formidables de tenue, de grâce, de tendresse et d'humanité. La fin m'a bouleversée. Courez le voir, et en VO, please.

  DAMES DE CORNOUAILLES (LES)   Ladies in lavender   Royaume-Uni, 2004   

Genre : Drame Durée : 105 min Sortie salles françaises : 25/01/2006    

resumé

Deux soeurs d'un certain âge, Janet et Ursula Widdington, vivent dans une petite ville tranquille sur la côte de Cornouailles. Un matin, après une violente tempête, elles découvrent Andrea, un jeune homme échoué sur la plage et gravement blessé. Sa présence dans le foyer des deux dames réveille des désirs enfouis chez Ursula, et l'instinct maternel de Janet. Elle provoque également la suspicion et la peur dans la région, en cette époque d'avant-guerre en Europe. Mais lors de son séjour, les soeurs découvrent ses véritables origines, ses talents de violoniste virtuose, et s'embarquent dans une aventure jusque-là inimaginable.  

Les sites : http://www.tfmdistribution.com/ et http://www.ladiesinlavenderthemovie.com/

Posté par virgibri à 21:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 janvier 2006

Love letters

forest_s_correpondance_canadaJ'ai vu ce soir la pièce de théâtre Love letters, "jouée" par Philippe Noiret et Anouk Aimée. J'ai mis des guillemets car il s'agit en fait d'une lecture à deux voix : les acteurs sont assis à une table, avec les lettres sous les yeux.

Les critiques ont été très bonnes à l'égard de cette pièce, et je m'attendais à quelque chose de plus fulgurant. J'ai certes passé un bon moment, mais la renommée des acteurs dépasse parfois la qualité de leur jeu. Noiret est plus convaincant qu'Aimée.

L'idée de ces lettres échangées pendant environ cinquante ans est belle, car j'y retrouve ma conception de l'écriture, aussi. J'écris par exemple à une amie qui habite Paris (elle est donc à quelques stations de métro de moi) depuis presque douze ans, et nous y trouvons beaucoup de plaisir sans nous le dire vraiment. Nous nous fixons même nos rdv de cette manière !

La lettre a un charme que le téléphone ou le mail n'auront jamais. Et c'est ce que j'aime faire comprendre à mes élèves -quand j'y parviens.

Posté par virgibri à 22:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 janvier 2006

Mélancholia

Aves S., je suis allée ce matin au Grand Palais pour voir l'expo "Génie et mélancolie". Très riche (nous avons mis 2h30 à tout faire, sans pause), cette visite m'a permis de rédécouvrir certains peintres comme Friedrich ou Khnoppf au travers de magnifiques toiles, et de m'interroger une fois de plus sur la vie des Saints...

En revanche, je suis très déçue car j'avais pris trois ou quatre photos avec mon téléphone, mais je viens de constater que j'avais oublié de les enregistrer ! Screugneugneu. Il s'agissait de très belles sculptures, parfois morbides mais sans être glauques; bref, tout simplement belles...

Posté par virgibri à 16:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 janvier 2006

Idée reçue

Mais pourquoi donc le fauteuil Voltaire s'appelle ainsi puisqu'il est postérieur à l'auteur ?

Posté par virgibri à 18:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

26 décembre 2005

Vienne

S. et moi avons vu ce matin l'expo du Grand Palais consacrée à Klimt, Schiele, Moser et Kokoschka. Sans conteste, ma préférence va à Schiele : dérangeant, fascinant, génial, tourmenté...Il me trouble beaucoup, et ses autoportaits en sont un bel exemple.

Mais je suis aussi ravie d'avoir pu admirer les toiles de Klimt que tout le monde connait via une nappe en plastique ou une carte postale, dont les reproductions sont très éloignées de la réalité. Ses ébauches et dessins sont d'un érotisme étonnant, lorsque l'on voit simplement quelques traits légers sur une feuille blanche... Le tableau que je classe parmi mes favoris serait celui de la "Dame au boa", très sombre et pourtant lumineux de féminité, ainsi que son pendant à la craie noire et rouge.

Quelques toiles lumineuses de Moser sont belles, mais sans égal avec celles de Schiele. La nudité et la crudité de Schiele sont dérangeantes et magnifiques. Mort à vingt-huit ans de la grippe espagnole (comme Apollinaire...), qu'aurait-il encore accompli comme chefs-d'oeuvre ?

Je savais déjà que j'aimais ce peintre; aujourd'hui je sais qu'il a toutes mes faveurs.

Posté par virgibri à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 décembre 2005

Poudlard

Cet après-midi, je vais aller voir avec S. et F. le dernier Harry Potter au cinéma. Oui, nous ne sommes plus de première fraicheur, pas acnéiques ni pré-pubères, mais le talent de Rowling est justement d'attirer des lecteurs de tous âges et tous bords. Je crois que le tome 4 a été mon préféré, avec le dernier, que j'ai dévoré en deux jours...

 

Ajout du lundi 12 : Alors, sans conteste, cet opus est le meilleur des quatre : sombre, drôle, captivant, bien mené, angoissant par instants, et touchant, aussi. Quelques épisodes ont été "zappés" pour accélérer l'histoire, mais cela ne gêne aucunement (la rentrée des classes, par exemple).

 

Il faut absolument le voir en VO, avec des répliques croustillantes de Minerva et un accent franco-anglais hilarant... Je pense même qu'un deuxième visionnage serait de bon aloi, c'est dire.

 

Bref, je deviendrais accro à Harry Potter, moi aussi ?

 

Sinon, je suis d'accord avec les critiques pour dire que ce n'est pas un film pour enfants (j'entends petits) car certaines scènes sont assez violentes.


Posté par virgibri à 10:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]