Amours, amitiés, du pareil au même

Tourner la page virtuelle

Après treize ans (!) de bons et loyaux services, j'ai décidé de laisser mon blog "Prof et plus si affinités" pour aller vers d'autres horizons, beaucoup moins personnels. A force d'avoir écrit ce que je traversais, et surtout parce que je ne suis plus une inconnue pour certains d'entre vous, cet espace de liberté est devenu peu à peu un espace étriqué pour moi. C'est-à-dire que c'est tout le contraire de ce que je voulais.

Pour ceux qui aimeraient malgré tout me suivre dans mes aventures culturelles, envoyez-moi un message via le lien "Contactez l'auteur" (en haut à droite de la page d'accueil). Je vous donnerai la nouvelle adresse de mon blog, quand je n'aurai aucun doute. N'hésitez pas à me contacter, ou bien à laisser un commentaire ou une demande au pied de ce message.

Après toutes ces années, j'ai un peu de peine à basculer et à abandonner, d'une certaine façon, mon tout premier journal virtuel. Quelques chiffres, tout de même, depuis que j'ai migré sur canalblog, en 2006 :

2349 messages

319.503 visiteurs

7039 commentaires

539.410 vues

18 abonnés

3941 photos

Ecrire ici m'a beaucoup apporté, et je vous en remercie car vous êtes responsables d'une grande partie de mon plaisir à gérer ce blog. J'espère m'épanouir sous de nouveaux horizons virtuels. Merci à tous, déjà et encore.

merci-a-tous-

Edit du 19/02/15 : il y a encore de nombreuses visites quotidiennes sur ce blog (environ 50/jour), alors que je ne l'alimente plus. N'hésitez pas à me contacter pour me suivre ailleurs, si le coeur vous en dit !

Posté par virgibri à 12:44 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,


26 février 2014

Christian Bobin

Posté par virgibri à 18:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 septembre 2013

Parfois, la vie sans fessebouc, c'est bien

réseau

Parfois, je suis fatiguée. Pas physiquement, non, mais comme lasse des réactions de certains. Je viens de constater qu'une collègue m'avait supprimée de fessebouc sans même chercher à discuter avec moi. Non pas que ma vie sociale se résume à si peu, heureusement, mais avec mon côté "j'enfile ma cape et je vole au devant de la justice", je ne supporte pas cette hypocrisie.

Je me sens pointée à tort, par quelqu'un qui, finalement, n'a pas d'affinités avec moi. Cela, je peux l'entendre sans souci. Mais je me sens remise en question dans mon travail (nous étions dans les mêmes équipes), et c'est bien ce qui m'insupporte.

Entre Asa qui m'a cassé du sucre sur le dos en fin d'année dernière, et ce dernier événement, j'ai comme un goût amer dans la bouche. Jamais la qualité de mon travail n'avait été remise en question et je ne devrais pas en tenir compte : je sais ce que je fais mal et ce que je fais bien. Alors pourquoi accorder de l'importance à ces opinions faussées et subjectives ?

Le fait d'avoir aussi une observatrice dans mon cours neuf heures par semaine ne doit rien arranger à ma crise de doute. Ma stagiaire est effectivement d'un autre monde : elle découvre qu'il faut un cadre (voire des cadres) en classe, des rituels, qu'il faut intéresser les élèves... Pour précision, elle enseigne depuis plus de quinze ans. Ses échos me montrent à quel point ce qui me paraît évident ne l'est pas pour tout le monde.

Et puis mon réseau, pour reprendre un terme d'époque, change, se réduit, se fragilise et se fortifie à la fois. Je tente de comprendre comment cela fonctionne, et d'avancer, de m'améliorer mais je me sens comme dépassée. Certains jours un peu plus que d'autres : c'est le cas aujourd'hui.

Posté par virgibri à 17:22 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

21 mars 2013

V'là l'printemps !

Hier, juste parce que c'était le printemps, Cally est arrivée avec ceci :

IMG_2524

 

IMG_2530

L'amour rend peut-être bête, mais ça fait du bien. Juste sa gratuité.

Posté par virgibri à 18:32 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 février 2013

A little too much ?

IMGP0717

IMGP0718

Posté par virgibri à 20:29 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,


04 février 2013

Un mois

Hier, Cally et moi étions ensemble. Ou plutôt devrais-je dire : hier, Cally et moi étions encore ensemble, comme la plupart des jours de ce dernier mois. Hier, cela faisait un mois que nous nous connaissions. Et cela donnait l'impression de fêter nos dix ans. Comme une évidence.

Ne pas être avec elle le soir me paraît incongru. Nous avons les mêmes envies, les mêmes lignes de vie, la même échelle de valeurs. Je la trouve évidemment belle, et elle me le rend bien. Nous avons déjà un projet de week-end en février, mais chut : j'en reparlerai plus tard...

De fait, je suis donc occupée soit par le lycée (bien prenant cette semaine, et j'étais fatiguée), soit par Cally : je profite des moments avec elle. A cela s'ajoutent les occupations quotidiennes, les élèves qu'il faut faire tenir jusqu'aux vacances, les conseils de classe qui vont débuter la semaine prochaine, les copies qui ont patienté sur mon bureau car l'état amoureux ne permet aucunement de s'y intéresser, les sorties...

Ah oui, les sorties : comme la séance pour "Lincoln" était complète, j'ai réussi à emmener Cally à celle d' "Alceste à bicyclette" avec Luchini et Wilson. Nous n'avons pas été déçues, vraiment. Le film donne une image de l'humanité qui n'est pas glorieuse, mais qui résonne avec la pièce de Molière, évidemment.
Sinon, il y a eu aussi samedi soir une sortie théâtre sur l'affaire Sacco et Vanzetti : à recommander, même si le démarrage est un peu long. Et puis jeudi soir (c'est ce qui m'a épuisée, de sortir en pleine semaine), nous sommes allées voir Magik Malik en concert : j'avais pris ces billets pour Flûtine... J'ai bien senti que le bonhomme était impressionnant musicalement, mais je n'apprécie pas vraiment le jazz fusion expérimental. J'ai donc fait des micro sommeils pendant le concert, main dans la main avec Cally. Jolie façon de tourner la page symboliquement, je crois.

affiche-sacco-venzetti

A part ça, j'ai pris des places pour le concert de Biolay en mars : Cally et moi l'aimons beaucoup. Je voulais garder la surprise, mais elle a deviné assez vite... Tant pis : nous nous réjouirons à l'avance.

Je constate que nous bâtissons vite, Cally et moi. Sans doute parce que nous sommes à des âges où nous savons ce que nous voulons, ce que nous ne voulons pas, et que nous avons conscience des casseroles que nous nous traînons. Nous les acceptons. Souvent, Cally me dit qu'en choisissant d'être avec moi, elle "prend tout", tout le lot, tout le stock et que cela lui plaît. La réciproque est vraie.

Pour continuer à avancer, j'ai mis en vente le bureau de Flûtine. J'ai aussi en tête de trouver une solution pour nous rendre nos dernières affaires. Je ne nie rien toujours pas ce qui nous unissait; pourtant je me rends bien compte du déséquilibre dans lequel nous étions. Je ne veux pas recommencer les mêmes erreurs. Je crois que j'ai bien compris tout cela. Grâce à la séparation, grâce à Cally, et grâce à moi.

Posté par virgibri à 13:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

18 janvier 2013

De l'art divinatoire des générateurs de bons voeux

A la demande générale, récit de mon début d'année, déroutant et en fanfare.

IMG_1667

Ma fin de vacances a été illuminée par une rencontre, à laquelle je ne m'attendais pas, et qui a eu de quoi me surprendre : Cally, métisse réunionnaise de mon âge, m'a proposé de boire un café. Non, je dois rembobiner le film : dépitée par ma séparation avec Flûtine, et au plus bas dans ma confiance, je me suis inscrite pour m'amuser sur Meetic.

Mon "succès" n'était pas forcément flatteur : entre "motardedusud", "pupuce" ou "boutchdu62" qui flashaient sur moi et visitaient mon profil sans cesse, j'avais de quoi être encore déprimée. Une fois mes critères appliqués, il ne restait plus grand monde, pour simplement sortir un peu : femme sur la région parisienne, sachant écrire correctement voire bien, curieuse intellectuellement, équilibrée, pas repoussante (si si, il y en a et je ne comprends pas pourquoi elles choisissent telle ou telle photo qui ne les avantage guère), non fumeuse si possible et s'assumant parfaitement dans ses choix personnels et intimes... Et puis j'ai discuté avec deux ou trois femmes fort intéressantes, aux goûts proches des miens. L'une était sur Mulhouse, l'autre partait pour les vacances et nous devions prendre un café ensemble à son retour.

Et puis, donc, Cally me contacte. Je me méfie de prime abord, car elle n'a pas mis de photo sur son profil. Nous tchattons, parlons photographie, musées, expositions, et elle est plutôt drôle. Je réclame une image, pour être à égalité car elle voit mon visage sur Meetic. Et là, photo noir et blanc d'une femme fort sensuelle et pourtant naturelle. J'argue que cela manque de contraste pour éviter de parler de son regard... Après le tchat, elle m'envoie une autre photo, lumineuse, au sourire éclatant. Charmante.

Le lendemain, le 3 janvier,  je dois aller dans Paris pour me couper les cheveux. Par mail, elle me propose un café après. Fébrile, j'accepte : je n'ai plus fait cela depuis des lustres, mais je me dis que rencontrer de nouvelles personnes ne pourra que me faire du bien. Je n'envisage même pas que je puisse lui plaire. Dans un bar calme du côté de Saint-Eustache, nous prenons d'abord une boisson chaude car il est 17h environ. Puis un apéro car il est presque 20h. Puis je reprends mon train à... 22h30. Nous n'avons fait que parler et rire, malgré notre gêne mutuelle. Elle pense que je ne la recontacterai pas car "je sors d'une rupture difficile".

Le 4, je lui envoie par mail des photos prises avec un logiciel dont je lui avais parlé le veille. La machine s'emballe, même si je suis sceptique et craintive. Je me dis que je ne lui fais pas d'effet, même si elle est le soir sur mon canapé, à rire des perles de mes élèves. Je la raccompagne tard, alors que je n'en ai pas envie vraiment. Le jour d'après, nous prenons toutes deux conscience que quelque chose de fort se passe. Depuis, il n'y a qu'un jour où nous ne nous sommes pas vues.

La simplicité de Cally, sa désarçonnante manière de deviner tout chez moi, sa capacité à tout aimer en moi et à me mettre en valeur, et tout le reste que je n'ai pas envie d'énumérer ici, créent en moi une impression troublante de la connaître depuis des années. Et le plus beau, c'est qu'elle ressent cela aussi. Nos chemins de vie se ressemblent beaucoup, et nos valeurs sont extrêmement proches. Je ne m'attendais pas à vivre une nouvelle histoire aussi vite ni aussi fort, mais je n'ai pas le droit de laisser passer cette chance incroyable : je ne nierai pas cette alchimie, même s'il y a toujours un risque de se tromper.

Alors mon inspection de mardi, je la vis presque sereinement, car une femme délicieuse est là pour moi, et nos chemins se sont croisés miraculeusement.

Je goûte à des plaisirs simples, que j'avais oubliés. Et c'est bon. Terriblement bon.

 

Posté par virgibri à 15:12 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07 janvier 2013

These moments...

La vie est étrange : en cinq jours, j'ai pris énormément de recul par rapport à la situation, et surtout pris conscience du joug mental dans lequel je m'étais enfermée.

Je me suis rendu compte que je pouvais plaire telle que je suis, sans condition, et cela m'a grandement perturbée. C'est très agréable, aussi.

A suivre...

 

Jeudi 23 (10)_1

Posté par virgibri à 14:49 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 janvier 2013

Générateur de bonne résolution

"Oublier

opportunément de

combattre

bêtement"

 

1er janvier 2013, vers 9h30

Posté par virgibri à 10:08 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

31 décembre 2012

Manager ses angoisses

N'imaginez pas que je reste cloîtrée chez moi, prostrée sur le canapé, à ruminer. Je gère chaque journée comme je peux, avec un seul objectif modeste quotidien : faire le ménage ou les courses, voir une amie, préparer un plat, m'occuper à une tâche administrative, recevoir quelqu'un ou aller dans Paris.

Tout cela paraît dérisoire aux yeux de certains, mais je sais que c'est le seul moyen pour ne pas tomber dans un épisode dépressif : "l'action est le remède à l'angoisse". Sauf que mes angoisses, qui avaient disparues quasiment complètement depuis que j'étais avec Flûtine, ont fait un retour grandiose. J'avais occulté à quel point elles dévastent et écrasent. Mon coeur est comme encagé, étouffé, et je ne peux rien faire contre.

Je sais d'expérience qu'à part surnager, je n'ai rien à ma disposition pour lutter. Je prends de l'euphytose, c'est-à-dire l'équivalent de bonbons somatiques, pour dormir à peu près correctement (et je m'éveille chaque nuit à 4h), mais je me refuse à aller chez le médecin pour avoir une quelconque aide chimique. Je n'en ai pas pris dans les pires moments de ma vie, je n'en prendrai pas pour mon chagrin d'amour.

Donc, comme je le disais, au milieu de ce marasme et entre deux crises d'angoisse, les amis se relaient et me soutiennent. 

J'ai mangé deux fois japonais avec Micahuète, et une avec Emy, avant de visiter avec cette dernière une expo au musée Guimet sur le thé.
J'ai déjeuné sucré-salé chez Comtesse, puis nous nous sommes baladées dans Paris.
Je me suis offert un nouveau boîtier photo Nikon, le D7000, d'occasion (avec un objectif 18-105mm) en attendant d'avoir vendu mon D50. J'ai fait une belle affaire (et une belle folie) mais je voudrais me remettre vraiment à la photo. Il va d'ailleurs falloir que je réinvestisse la chambre d'amis/bureau de Flûtine pour en faire un espace créatif (photo, calligraphie, mail art peut-être)...

nikon d7000


Je suis allée à la manif pour le mariage pour tous avec Harry et Ed. Il y a même eu un chocolat chaud en fin de journée avec elle.
Tinette m'invite à prendre le thé dès qu'elle le peut et m'envoie au moins quatre sms par jour.
Sandy est venue dormir à la maison et voir enfin mon appartement.
Miss R m'amène dès qu'elle peut devant une bonne assiette et/ou un bon verre.
S. me fait aussi goûter certains vins raffinés et me demande des nouvelles quasi au quotidien.
Pumpkin m'a reçue chez elle pour une soirée tapas et développement personnel personnalisé !
Ma mère a voulu me gâter et a décidé hier qu'elle m'offrait un nouvel Iphone 4 car mon 3S me lâche totalement. Une sorte de Noël après Noël, quoi.

Ce soir, ce sera petit réveillon chez Harry qui me récupère "comme je suis". J'ai préparé un vatrouchka digne des pâtisseries de la rue des Rosiers (oui, oui, je m'encense sur le plan culinaire) au lieu de prendre le risque de réaliser mes premiers macarons maison...

 

PS : et j'avoue honteusement que je ne parviens pas à rester sans nouvelles de Flûtine, avec qui j'échange des sms sporadiques, dont l'inanité m'effraie et me rassure à la fois...

 

Posté par virgibri à 10:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,