Comme mon chef a été gentil, et qu'il sait que je n'abuse pas, j'ai eu deux jours de révisions accordés (même si récupérer tous les papiers à l'administration a été rocambolesque, passons). Hier, ma journée était consacrée à Stendhal. Aujourd'hui, Eluard. Je me cloître, et mon assistant noirot me soutient, en venant à peu près toutes les heures réclamer un câlin.

Je lis aussi un sujet au moins de didactique par jour. En gros, je rattrape comme je peux le temps "perdu" - mais est-il retrouvé, comme dirait Marcel ?

Vous vous doutez bien que j'oscille entre un brin de confiance et de grands doutes.

Ce rythme ne me permet aucunement de faire le ménage correctement, et la maison ressemble à une sorte de grand bazar, caché comme l'on peut.

Dans cinq jours, vers 17h, j'aurai passé la première grande étape. J'ai eu l'impression de voir filer le temps pendant six mois environ, et de l'observer passer... en même temps.

Clock

Je vous laisse : Eluard m'appelle.