sieste

Bonnard, La sieste

Le cours de ce matin sur Racine était d'un ennui profond. Je ne pensais jamais écrire que cet auteur pourrait m'ennuyer.  Enfin, là, c'est bien la prof qui le rend ennuyeux. Au bout d'une heure trente, nous n'en étions qu'à la fin de la première partie du cours, et les agrégatifs étaient dans un état léthargique. J'ai décidé de rentrer, et là, j'ai vu la neige épaisse recouvrir la fac, ma voiture, mon esprit...
C'était très beau. Je suis rentrée rapidement et en joie car je rejoignais... Flûtine à la maison. Ensuite, courses sous la neige, bataille de boules du même nom, repas délicieux, et sieste dans un état larvaire avancé. Nous avons dormi 2h30.
Je recharge les batteries, car les deux semaines qui restent vont être épuisantes : un conseil de classe, deux réunions parents-profs jusqu'à 20h30, un concours blanc (et les révisions qui vont avec), quatre paquets de copies, les cours d'agreg, les élèves -de plus en plus énervés, je trouve...
Je prendrai le temps pendant les vacances de remettre à niveau mon nouvel ordi, mais je crains bien que le dossier mails de Flûtine ait véritablement disparu... Sinon, je ne suis pas totalement convaincue par windows 7, mais c'est un autre sujet...
Demain, logiquement, nous allons acheter notre premier sapin ensemble, et celui-ci trônera sur le balcon.
Avec des journées pareilles, je me sens terriblement heureuse. Avec presque rien, si on réfléchit bien.