Bon, finalement, nous avons un peu parlé français au cours de cette soirée (il n'y avait pas de gage, non plus !), mais comme je l'avais dit, nous étions cinq autour de'une raclette, avec cinq accents différents.

Je m'aperçois que malgré mon honorable niveau en anglais, j'ai perdu sur le plan de l'aisance à force de peu pratiquer à l'oral. Dire que je faisais un blocage sur l'anglais au collège et au lycée ! Aujourdhui, j'adore utiliser cette langue. Sans doute devrais-je remercier tous les professeurs de Prépa et de Fac qui m'ont fait souffrir sur des textes de version ardus, mais aussi les jeunes gens venus des quatre coins du monde que j'ai côtoyés sur des chantiers internationaux, et sans qui je n'aurais jamais passé le cap de : "Hello, my name is... Nice to meet you."

Se retrouver à dix-sept ans avec quinze nationalités autour d'une table immense, et ne pas savoir dire "passe-moi le sel" ou "il me manque une fourchette", ça pousse à faire des efforts, non ?

I was a survivor.